Thème Santé 

Santé : les enjeux du numérique

Le 05/03/19 - Crédit Agricole

La e-santé en plein boom 

Connecté, intelligent, préventif, prédictif, plus accessible, plus fluide… Depuis plusieurs années, le secteur de la santé fait sa révolution numérique : l’innovation se développe, au bénéfice des patients et des professionnels, avec le soutien du Crédit Agricole.

e-sante-personnes-agees
En matière de santé connectée, les technologies évoluent et la palette de services s'élargit considérablement. © IStock

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la e-santé se définit comme « les services du numérique au service du bien-être de la personne ». C'est un secteur récent – le vocable lui-même n'a que 20 ans ! – mais c'est aussi un marché florissant qui, rien que dans le territoire français, est estimé aujourd'hui à plus de 3 milliards d'euros et 30 000 emplois. Pourtant, ce n'était pas gagné d'avance : dans les premières années, les premières solutions de e-santé relevaient davantage du gadget, avec une utilité et une fiabilité limitées. Mais au fil du temps, les acteurs ont mûri et se sont adossés aux structures de santé ou aux mutuelles pour adresser leurs innovations aux patients. Les technologies évoluant, la palette de services s'est considérablement élargie, couvrant aujourd'hui la plupart des grands enjeux du secteur.

Un secteur diversifié et dynamique

« On y trouve plusieurs segments centrés sur les professionnels de santé, qui vont de la médecine prédictive – pour améliorer la détection des pathologies et le suivi des patients – à l'aide au diagnostic et à la prescription, détaille ainsi Cécilia Mendy, au sein du pôle Études économiques de Crédit Agricole SA. Le secteur de la télémédecine est également en fort développement, porté par des stratégies gouvernementales volontaristes destinées à simplifier et à sécuriser le parcours de soins des patients. Les services de prévention santé et de soins appuyés sur des objets connectés continuent leur croissance, de même que les solutions de téléassistance et d'adaptation du logement dédiées au bien vieillir à domicile. Enfin, le dernier grand domaine porte sur la gestion des données recueillies. »

Pour une technologie utile et éthique

Protéiforme, la e-santé est également le théâtre d'une ébullition technologique où se croisent l'intelligence artificielle, la réalité virtuelle et augmentée, l'impression 3D et des objets connectés tellement miniaturisés qu'on peut les implanter dans le corps. « Avec l'arrivée programmée de la 5G – synonyme de débits accrus et de temps de latence très courts –, la dynamique d'innovations va sans nul doute s'intensifier », note Cécilia Mendy.

esante-data-ethique

Au coeur de la e-santé, des questions éthiques se posent, notamment autour des données de santé. © IStock

La technologie, c'est bien, mais uniquement si elle est utile et si elle répond aux attentes des citoyens comme des professionnels. Et, sur ce plan, les interrogations sont encore nombreuses, en particulier chez ces derniers qui voient leurs méthodes de travail et leurs expertises remises en question par le boom digital. « Les questions éthiques devront également être abordées avec beaucoup d'attention, notamment en ce qui concerne la question centrale de la data, poursuit Cécilia Mendy. Car si les données massives ouvrent des perspectives enthousiasmantes, c'est aussi une ressource sensible qu'il faut sécuriser et protéger des appétits d'acteurs économiques plus sensibles à leur propre santé qu'à celle de nos concitoyens… »

Une banque au service de l'intérêt général et de l'innovation

Banque résolument utile, au service de l'intérêt général et de ses clients, le Crédit Agricole place depuis plusieurs années les questions de santé et du bien vieillir au cœur de ses priorités stratégiques. Cette politique se traduit aujourd'hui par l'accompagnement de nombreuses structures de soins mais aussi par une politique volontariste de soutien à l'innovation, incarnée, entre autres, dans les 29 Villages by CA qui accueillent environ 70 start-up spécialisées dans ces domaines.

Monfoxy, la chaussette connectée

Parmi elles figure Monfoxy, hébergée au Village by CA Lorraine depuis l'ouverture de celui-ci en septembre dernier. Honorée en janvier d'un Innovation Award au CES de Las Vegas, cette jeune pousse créée par deux frères a conçu la toute première chaussette connectée qui veille sur le sommeil des nourrissons. « Cette aventure est née de mon expérience personnelle, explique Rachid-Antoine Rabla, CEO et co-fondateur de Monfoxy. Quand elle était bébé, ma fille ne s'endormait que sur le ventre ce qui m'inquiétait beaucoup car je connais les risques de mort subite du nourrisson qui cause 500 décès par an. Je me suis dit qu'un outil qui nous permettrait de surveiller les paramètres physiologiques des bébés de façon très simple ne pouvait être qu'utile. »

monfoxy nounours CES Award

La Smartsocquette est capable de mesurer le pouls et la saturation en oxygène dans le sang. © R-LAAB SAS – Monfoxy

Rassurer les parents, veiller sur les bébés

C'est ainsi qu'a germé l'idée d’une chaussette qui s'enfile tout naturellement au coucher, et qui embarque à son bord un capteur d'oxymétrie pour le pouls et la saturation en oxygène et un gyroscope pour savoir si l'enfant s'est retourné. Couplée à une base qui capte les paramètres de qualité de l'environnement et à une appli qui permet de recevoir les alertes sur smartphone, Monfoxy rassure les parents en veillant au bien-être du bébé. « Développée en partenariat avec des médecins des CHU de Nancy, de Strasbourg et de Lyon, la "Smartsocquette" devrait être commercialisée au cours du second semestre 2019 », annonce Rachid-Antoine Rabla.

Morphée+, des radars pour détecter les chutes

Installée au Village by CA Champagne-Bourgogne depuis le printemps 2018, la start-up Morphée + s'adresse également à un public fragile, situé à l'autre extrémité de la pyramide des âges. « En France, chaque année, on enregistre plus de 500 000 chutes chez les plus de 65 ans, avec trop souvent de lourdes conséquences médicales et financières, résume Bruno Duperrier, président de Morphée+. Grâce à notre dispositif, nous voulons permettre aux collaborateurs des Ehpad d'intervenir plus rapidement quand l'un de leurs résidents fait une chute, afin d'en limiter les effets. »

Morphée+-detecteur chutes2

Environ un tiers des personnes de plus de 65 ans et la moitié des personnes de plus de 80 ans chutent chaque année. © IStock

Intimité préservée et efficacité vérifiée

Constituée d'une bande de détecteurs radars issus du secteur aérospatial, la solution Morphée + présente un avantage notable par rapport aux autres services existant sur le marché : 200 fois moins puissant qu'un téléphone portable, il préserve parfaitement l'intimité des patients. Testé en situation réelle dans un établissement des Hauts-de-France l'an dernier – avec un taux d'efficacité de 97 % –, Morphée+ est d'ores et déjà commercialisé. « Actuellement, nous nous apprêtons à lancer une nouvelle expérimentation avec un centre dans l'Essonne accueillant des personnes âgées très dépendantes pour avoir un nouveau retour d'expérience et continuer à perfectionner le design du produit. A terme, nous souhaiterions pouvoir l'adapter pour un usage à domicile », conclut Bruno Duperrier.

Pôle TES : la Normandie en pointe sur la e-santé

Au-delà des start-up, la stratégie de soutien de l'innovation du Crédit Agricole se concrétise également via des partenariats noués avec des pôles de recherche et de compétitivité. « C'est le cas du Pôle TES, installé à Colombelles près de Caen, indique Magali Scelles, sa directrice. Structuré en 2005 autour de la sécurisation des transactions électroniques, il représente aujourd'hui un écosystème de 150 acteurs unis par l'ambition de faire de la Normandie une référence en matière d'innovation dans les domaines de la e-santé, du e-tourisme, de la e-collectivité et de l’agriculture connectée. »

ESANTEPOLETTES

Avec ses adhérents et ses partenaires, le Pôle TES imagine et co-conçoit les usages de demain
grâce aux nouvelles technologies liées au triptyque « sécurité /  interopérabilité / fiabilité ». © Pôle TES.

Silver economy et accès aux soins

Sous l'impulsion du Dr Jean-Pierre Blanchère, directeur du réseau de télémédecine appliqué aux plaies, le département e-santé a permis à de nombreux projets prometteurs de voir le jour, principalement dans le domaine de la lutte contre la désertification médicale et dans celui de la silver economy, avec de belles réussites comme celle de l'assistant de vie intelligent Homekeeper. Dans les mois qui viennent, la dynamique d'innovation devrait encore s'accentuer avec la fusion des pôles TES et Images et Réseaux en régions Bretagne et Pays de la Loire. Quant aux liens avec le Crédit Agricole, ils sont plus forts que jamais : « Nous sommes en effet devenus partenaires du réseau des Villages by CA, poursuit Magali Scelles. Et si, pour l'heure, la coopération se concentre autour de l'agriculture connectée, il n'est pas impossible que nous travaillions ensemble dans le domaine de la e-santé. C'est un secteur où il y a encore beaucoup à inventer ! »

Au travers de reportages vidéo, d'articles, de brèves, de dossiers, le site creditagricole.info valorise les actions et les initiatives des 39 Caisses régionales du Crédit Agricole partout en France.
Proximité et rapidité sont les maîtres-mots de cet espace, pour une information riche, concrète et mobile.