Val de France | Thème Développement durable 
Le 11/09/19

La solution de dessalement écologique de Mascara NT veut lutter contre le manque d’eau potable 

Pour répondre à l’enjeu crucial de la ressource en eau douce, la société basée à Chartres a inventé un système de dessalement autonome fonctionnant à l’énergie solaire. L’entreprise vient de boucler une levée de fonds pour industrialiser cette technologie prometteuse.

mascara-afrique
Une des installations de Mascara NT en Afrique du Sud. - © Pierre MOREL.

Le changement climatique et la croissance démographique vont conduire près de 3,9 milliards de personnes à manquer d’eau d’ici 2040, selon l’OCDE, au premier rang desquels les plus démunis. Pour relever ce défi, deux spécialistes des énergies renouvelables, Marc Vergnet et Maxime Haudebourg, ont créé Mascara NT à Chartres (Eure-et-Loir) en 2014, avec un objectif : inventer un dispositif de dessalement de l’eau de mer écologique et autonome. « De nombreuses collectivités isolées n’ont pas de ressources hydrauliques de qualité : les îles du Pacifique, la Caraïbe, les régions désertiques d’Afrique, etc. », affirmait Marc Vergnet.  

Une technologie fiable et peu gourmande en énergie

« L’idée était de réduire au maximum la maintenance, développe Quentin Ragetly, directeur général de l’entreprise. Dans certains coins du globe, il est en effet difficile d’assurer une logistique adaptée à un équipement trop fragile ou complexe à entretenir. »

Fonctionnant à l’énergie solaire, la solution de dessalement utilise l’osmose inverse afin de produire une eau douce pour les communautés isolées en bord de mer. « Notre gamme d’équipements permet de dessaler jusqu’à 7 000 m³ par jour », précise Quentin Ragetly. 

Une augmentation de capital pour répondre à la demande

La technologie de Mascara NT a reçu plusieurs prix, dont celui de la Fondation Famae qui a également décidé d’entrer au capital de l’entreprise. La société a en effet réalisé une levée de fonds de 2,2 millions d’euros auprès de plusieurs investisseurs pour accélérer son développement. Si elle est accompagnée depuis sa création par le Crédit Agricole Val de France, l’entrée en relation s’est faite par le biais d’une convention de revitalisation, dont la Caisse régionale est le banquier exclusif.
« Notre feuille de route prévoit la fourniture d’une soixantaine d’unités par an d’ici 2025, évoque Quentin Ragetly. De quoi apporter l’eau potable à près d’un million de personnes. »

Au travers de reportages vidéo, d'articles, de brèves, de dossiers, le site creditagricole.info valorise les actions et les initiatives des 39 Caisses régionales du Crédit Agricole partout en France.
Proximité et rapidité sont les maîtres-mots de cet espace, pour une information riche, concrète et mobile.