Immobilier : coup de chaud sur les taux

Economie

Partager

la-hausse-des-taux-immobiliers

Au cœur de l’été, les taux d’intérêt immobiliers ont suivi la courbe des températures. Dans ce contexte difficile, le Crédit Agricole continue d’accompagner ses clients dans leurs projets.

Pas d’accalmie au cœur de l’été. Les taux dans l’immobilier ont continué leur ascension ne facilitant pas l’accès à la propriété. La majorité des taux moyens sur vingt ans (durée la plus pratiquée) s’établissait à 3,17 % en juillet pour franchir la barre des 3,32 % en août (hors frais et assurances), ils atteignent désormais 3,63 %. Soit le double d’il y a un an, selon les données publiées par la Banque de France début septembre. Pour rappel, il n’y a pas si longtemps, début janvier 2022, les taux moyens avoisinaient 1 %…

Le Crédit Agricole réalise 35 % du marché

La production de crédits en France a reculé pour tomber à 10,1 milliards d’euros, soit une chute de près de 45 % par rapport à la même période l’an dernier. Et la baisse n’a cessé de s’accélérer ces deux derniers mois. La production a ainsi retrouvé son niveau de l’automne 2014. Malgré cette tendance à la hausse des taux qui décourage les candidats à l’emprunt, les Caisses régionales de Crédit Agricole continuent de prêter même si la prudence reste de mise et que les dossiers sont étudiés avec minutie. Le groupe réalise près de 35 % du marché du prêt immobilier selon les données publiées cet été par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution chargée de la supervision des secteurs bancaires et d’assurance.

La France pas si mal placée

Malgré cette chute des crédits, l’offre de prêts à l’habitat aux ménages reste plus abondante en France que dans les autres pays européens. Le taux de croissance annuel des encours est supérieur à ceux des autres principales économies de la zone euro (+ 2,9 %). Des indicateurs complémentaires montrent également des prêts immobiliers restés accessibles à toutes les catégories d’emprunteurs dans l’Hexagone. La mesure qui consiste à mensualiser les taux d’usure – passé à 5,56 % au 1er septembre – a sans doute permis de faciliter l’accès au prêt bancaire. Pour autant, dans ce contexte fragile où emprunter est devenu un parcours du combattant, le Crédit Agricole est aligné avec ses valeurs d’utilité et d’universalité. Autrement dit, sa finalité est d’être le partenaire de confiance de tous ses clients. Les guider et les conseiller dans leur projet fait donc partie de ses missions.

La moitié des prêts concerne un premier achat

Parmi les candidats à l’achat, la part de primo-accédants pour l’acquisition d’une résidence principale en France représente presque la moitié de la production. En outre, s’agissant de l’âge des emprunteurs, la catégorie des 18-29 ans a vu sa part augmenter significativement dans les prêts à plus de vingt ans alors qu’elle diminuait pour les prêts d’une durée comprise entre dix et vingt ans. Par ailleurs, l’encours des prêts immobiliers à taux 0 % atteint 42,2 Mds€ en juin 2023, soit + 2,6% sur un an.

Les perceptives des experts de Crédit Agricole se confirment

Au Crédit Agricole, Olivier Eluère, économiste, avait analysé les tendances du marché de l’immobilier en tout début d’année 2023. Des tendances qui se sont confirmées au fil des mois. Pour expliquer la situation, notre expert évoquait alors les éléments déclencheurs comme le conflit ukrainien, une confiance des ménages et de leur pouvoir d’achat en berne dans un contexte d’inflation ; une offre insuffisante dans le neuf en lien avec l’augmentation du coût des matériaux et de nouvelles normes environnementales plus sévères ; une baisse de l’octroi de crédit à la suite des recommandations du Haut conseil de stabilité financière ; un taux d’usure des emprunteurs contraint et une hausse importante des taux d’intérêts. In fine, un contexte fragile en évoquant un autre : celui de la crise sanitaire. En 2021 pourtant, le marché avait été très dynamique. Le niveau des ventes avait été très soutenu dans l’ancien atteignant le record historique de 1 177 000 ventes sur un an, soit une hausse de 15 % par rapport à l’année précédente.

Aujourd’hui, les experts estiment que les taux pourraient atteindre 4,5 % d’ici la fin de l’année et même franchir la barre des 5 % au début de 2024. La politique monétaire qui prévoit plusieurs hausses de son taux directeur pour contrer l’inflation, joue un rôle majeur dans cette tendance. Par ricochet, le volume des transactions immobilières devrait poursuivre sa diminution, atteignant un creux estimé à 800 000 ventes d’ici septembre 2024.

Voir aussi

la-hausse-des-taux-immobiliers

Immobilier : coup de chaud sur les taux

Podcast sur le Pôle Santé au Crédit Agricole Normandie-Seine 8 min

[Podcast] Taux immobiliers : l’éclairage de Thomas Groh et de Jean-François Dupouy, DGA à la FNCA

Interview_immobilier-bretagne_credit-agricole 4 min

Bretagne : crise de l’immobilier ou normalisation du marché ?

Franck_helary_credit_agricole_immobilier_corporate_promotion 13 min

Franck Hélary, directeur général de Crédit Agricole Immobilier Corporate et Promotion

Actualité économique : cinq grands dossiers vont rythmer l’année 2023

Découvrez plus de dossiers

Accéder à la liste
Qui mieux que le Crédit Agricole pour vous parler du rôle d'une banque coopérative et mutualiste ?

La Fédération nationale du Crédit Agricole

Instance politique du Crédit Agricole, la Fédération nationale du Crédit Agricole est une association loi 1901. Ses adhérents sont les Caisses régionales, représentées par leurs présidents et leurs directeurs généraux.

Mieux nous connaitre
FNCA échanges et concertation des Caisses régionales sur les grandes orientations du groupe Crédit Agricole