Crédit Agricole


Sud Rhône Alpes | Thème Développement économique 
Le 27/05/20

Linkyvet, l’appli de téléconsultation vétérinaire, a le vent en poupe 

Il y a les perdants du confinement. Et, il y a les grands gagnants. Parmi eux, la jeune pousse grenobloise, Linkyvet, soutenue par C2AD, l’outil de capital investissement de Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes et de Crédit Agricole des Savoie. L’appli pionnière de visio-consultation pour vétérinaire a vu son activité décoller ces dernières semaines.

LINKYVET OK
L'application permet de consulter son vétérinaire à distance. © Linkyvet

Crée en avril 2018, la jeune pousse grenobloise Linkyvet a vu, ce premier semestre, les bonnes fées se presser au-dessus de son berceau. Elle a d’abord réalisé une première levée de fonds de 550 000 euros, à laquelle C2AD, l’outil de capital investissement du Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes et du Crédit Agricole des Savoie, a participé aux côtés de Kreaxi spécialiste du financement des entreprises en amorçage en région Auvergne-Rhône-Alpes. « Nous n’étions pas encore client du Crédit Agricole, précise Damien Verdillon, son président, l’un des trois cofondateurs. C’est Kreaxi qui nous a rapprochés. » Linkyvet rejoint ainsi les 140 entreprises déjà soutenues par C2AD pour un total investi de 50 M€.

60 % des clients sont issus de la période du Covid

L’objectif de la jeune pousse ? Accélérer la mise sur le marché de son application de visio-consultation et de tchat pour les vétérinaires - compatible iOS et Androïd. Une appli offrant comme principal avantage pour le vétérinaire de monétiser ses e-consultations, moyennant une souscription de 55 euros/mois. Comptez alors environ 70 % du prix d’une consultation classique pour une auscultation à distance de votre chien ou votre chat.

Au printemps, Linkyvet a vu le nombre de ses abonnés exploser. Avec, à l’heure où nous écrivons ces lignes : 300 clients-abonnés dans toute la France, 48 au Canada, 10 en Suisse et 5 au Royaume-Uni… « 60 % de nos clients sont issus de la période du Covid. Si ça continue, on aura bientôt atteint nos objectifs de l’année ! », prévoit Damien Verdillon.

Comme un bonheur n’arrive jamais seul… Le conseil de l’ordre des vétérinaires, tout encadrant fortement sa pratique, vient de se prononcer en faveur de l’expérimentation de la télémédecine par les vétérinaires. « Linkyvet est la première solution conforme au nouveau décret, se félicite l’entrepreneur. Cela nous conforte dans notre modèle. »