Agir chaque jour dans l'intérêt de nos clients et de la société

Le cercle vertueux du financement de l’énergie verte

Climat
Investissement

Partager

La Cop 26, organisée par les Nations unies, se déroule du 1er au 12 novembre à Glasgow en Ecosse. Particulièrement actif sur le sujet, le Crédit Agricole de la Touraine et du Poitou organise une conférence débat sur le thème des énergies renouvelables.

Transition énergétique et énergies renouvelables : où va-t-on après la Cop 26 ? Ce sera le sujet d’une conférence proposée par le Crédit Agricole de la Touraine et du Poitou le mardi 9 novembre à Poitiers, au siège de la Caisse régionale. Elle sera animée par Patrice Geoffron, professeur d’économie à l’Université de Paris Dauphine et membre du Cercle des économistes.

Le Crédit Agricole de la Touraine et du Poitou mène une politique particulièrement ambitieuse en matière de développement des énergies renouvelables sur son territoire. Aujourd’hui, les montants financés ou originés avoisinent les 720 millions d’euros.

Tout commence en 2008

Le volet des énergies renouvelables a été identifié très tôt comme relais de croissance. Une stratégie payante.  La Caisse régionale a commencé à être particulièrement active dans ce domaine dès 2008. C’est à cette époque que la banque mutualiste a remporté un appel d’offres lancé par la Région « Plan Energie solaire en Poitou Charentes ». Elle est ainsi devenue le financeur majeur des acteurs du secteur.

Dans ce contexte, elle a financé, avec Unifergie, les premiers programmes d’Agrisoleil, un investissement de 32 M€. Cette solution originale a permis aux agriculteurs d’acquérir 78 nouveaux bâtiments pour développer leurs activités grâce à la revente de l’énergie produite, et de bénéficier de revenus complémentaires pérennes. Une vraie nouveauté qui a ensuite été multipliée sur le territoire.

Favoriser le développement des entreprises du secteur

Outre le financement de projets, la Caisse régionale a investi en capital dans des entreprises en lien avec les énergies renouvelables.  En 2016, elle est entrée au capital de Soregies, un groupe intégré du territoire présent sur tous les métiers de l’énergie qui est le deuxième distributeur indépendant en France.  Sa filière sur les énergies renouvelables est Sergies, que la Caisse régionale soutient dans le développement de ses projets photovoltaïques, éoliens et de centrales hydroélectriques. Elle a aussi accompagné la croissance de Technique Solaire, un acteur majeur dans l’Hexagone et à l’international, notamment en Inde.  « Notre volonté est d’être utile au territoire en finançant les projets énergétiques de toute taille et de toute nature. Nous avons aussi fait émerger des grandes structures énergétiques qui ont une vraie légitimité en France et à l’international aujourd’hui », affirme Thierry Horlance, responsable du développement du financement des énergies renouvelables au Crédit Agricole Touraine-Poitou.

Une équipe experte dédiée

Pour se donner les moyens de ses ambitions, la Caisse régionale a constitué une équipe dédiée dès 2017. Six personnes la composent dont deux ingénieurs au profil agro, chargés de structurer techniquement et financièrement les projets. Leur expertise est également mise au service de Carcentre, groupement de quatre Caisses régionales (Touraine-Poitou, Centre ouest, Val de France, Centre Loire), où les financements (84 ME en 2020) sont constitués principalement de projets de méthanisation.

Aider les clients à produire leur propre énergie verte

Pour accompagner dans la transition énergétique sa clientèle spécialisées (les agriculteurs, les professionnels, les entreprises, les collectivités locales, les grande associations), la Caisse régionale a créé fin 2017 une offre clé en main d’installation de centrale photovoltaïque (du devis jusqu’à la maintenance) en s’appuyant sur des partenaires référencés. 149 projets sont actuellement en développement pour un montant total de 30 millions d’euros. L’énergie produite est revendue à un tarif garanti pendant vingt ans à EDF/Soregies, ou est autoconsommée. Un aspect attrayant dans cette période de hausse du coût de l’énergie. De plus, les évolutions réglementaires sont des facteurs incitatifs pour les acteurs économiques. Notamment, la réévaluation du guichet ouvert passant de 100 KWC à 500 KWC ou le décret tertiaire qui oblige les acteurs à réduire de façon progressive la consommation énergétique de leurs bâtiments avec une première étape de 40 % d’ici 2030 ; et bien sûr la Loi climat et résilience imposant d’installer des systèmes de production d’énergies renouvelables sur certains bâtiments et parkings dès 500 m2 d’emprise au sol. 

Enfin, conforme à ses valeurs, la Caisse s’impose une consommation plus vertueuse. Sur le site de Poitiers, trois centrales photovoltaïques (au sol, ombrière de parking et toiture) permettent par exemple de couvrir les besoins en électricité à hauteur de 30 %.

Voir aussi

Les 3e Rencontres de la transition énergétique du Crédit Agricole

Valloire Habitat améliore l’efficacité énergétique de ses logements

Normandie-Seine soutient le Nomad Car hydrogène

Voir aussi

En voir plus
Interview croisée d'Eric Campos Crédit Agricole SA et de Nicolas Langevin CA Toulouse 31 6 min

La transition climatique va-t-elle réinventer le métier de banquier ?

Les déchets dans le viseur de LitterSnap 6 min

Les déchets dans le viseur de LitterSnap

Epargne responsable_Amundi_climat 2 min

L’épargne environnementale : Amundi montre la voie

Thierry Langreney, fondateur de l'ONG Les Ateliers du Futur 4 min

Assurance et climat : le point de vue de Thierry Langreney

En voir plus
Qui mieux que le Crédit Agricole pour vous parler du rôle d'une banque coopérative et mutualiste ?

La Fédération nationale du Crédit Agricole

Instance politique du Crédit Agricole, la Fédération nationale du Crédit Agricole est une association loi 1901. Ses adhérents sont les Caisses régionales, représentées par leurs présidents et leurs directeurs généraux.

Mieux nous connaitre
FNCA échanges et concertation des Caisses régionales sur les grandes orientations du groupe Crédit Agricole