Aledia à la conquête du monde des écrans

Innovation

Partager

Grand wafer de silicium de 200 mm avec Led © DR.

Cliente du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, Aledia fait partie des lauréats d’un appel à projets lancé par le ministère de l’Industrie dans le cadre du plan France Relance pour soutenir les initiatives les plus innovantes.

« L’intelligence artificielle va créer de nouveaux emplois, la France doit les attraper. » L’Etat semble ne pas avoir été insensible à l’injonction de Giorgio Anania, fondateur d’Aledia, une PME du secteur de l’électronique située dans le bassin grenoblois, à Echirolles.

Son projet ? Fabriquer des écrans nouvelle génération pour montres connectées, smartphones, ordinateurs portables, TV grand format, lunettes à réalité augmentée… Pour cela, le dirigeant mise sur une technologie brevetée, développée en 2012 aux côtés de membres du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, et sur l’embauche de 500 personnes à horizon 2025. Ce projet va être soutenu à hauteur 5,1 millions d’euros dans le cadre du plan France Relance. L’Etat ne s’y trompe pas, le secteur des écrans est prometteur. Il représente à lui seul 120 milliards de dollars par an en parts de marché. 

« À ce jour, nous sommes les premiers à développer une technologie led sur la base d’une architecture 3D à partir du silicium, en travaillant autour de cristaux très fins – plus fins encore que des cheveux – pour créer la lumière », affirme Giorgio Anania. Si elle semble être à la pointe dans ce domaine, l’entreprise met tout en œuvre pour accélérer sa course et amorcer sereinement ce virage technologique. Qui dit course, dit concurrent et, bien sûr, Aledia redoute les géants du secteur comme Apple, Facebook et Samsung. « On sait faire mais il faut aller vite et être au rendez-vous de cette prochaine révolution », poursuit le dirigeant.

Une course contre la montre

Mais cette révolution a un prix et, pour l’amorcer, l’entreprise va investir 50 millions d’euros dans la création d’un nouveau site de production sur la ZAC Saut du Moine à Champagnier, non loin de son centre de Recherche et Développement déjà existant à Echirolles. 250 millions d’euros supplémentaires seront nécessaires pour financer les futurs équipements. Pour relever le défi de cette course contre la montre, le chef d’entreprise a déjà lancé la construction de son usine, dont l’ouverture est prévue en 2023, et ce sans même attendre les financements. Il a également choisi d’installer, dans le courant de l’année prochaine, une première ligne de production au sein de son centre de R&D.

Pour soutenir Aledia dans sa transformation, l’Etat va donc intervenir mais aussi la Région et la Métropole qui accompagnent le projet à hauteur de 12 millions d’euros.  Les banques, quant à elles, ont suivi aux côtés d’investisseurs présents au capital de l’entreprise depuis ses débuts. « Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, notre partenaire depuis trois ans, nous a soutenus pour le site d’Echirolles et l’usine*. Nous avons pu compter sur l’écosystème de Grenoble qui s’est vraiment mobilisé pour nous accompagner. L’usine sera située à 10 mn du centre de recherche, c’est tout de même plus simple que de prendre l’avion pour Singapour », sourit-il.

Une technologie révolutionnaire

Giorgio Anania n’en est pas à ses débuts. Titulaire d’une maîtrise en chimie à l’université d’Oxford et d’un doctorat en fusion thermonucléaire à Princeton, il est très connu dans le domaine de la photonique (ensemble des sciences et des technologies ayant rapport avec la lumière) et a ainsi travaillé pour les plus grands du secteur en Europe. Entrepreneur dans l’âme et féru de nouvelles technologies, il a lancé sept start-up pour lesquelles il a levé un milliard 400 millions d’euros. Confiant et serein, l’entrepreneur globetrotteur poursuit sa route sur le continent et croit dur comme fer au potentiel de l’Europe. « Le contexte malheureux de l’année dernière entre Covid et tensions américano-chinoises lui est bénéfique. Elle s’est enfin rendue compte qu’elle pouvait miser sur ses propres capacités et qu’il était peut-être temps de se tourner vers l’avenir ».

 * Crédit Agricole Sud Rhône Alpes a coordonné le financement du centre de R&D d’Echirolles et sera teneur de plume et agent du crédit pour le financement du site de production de Champagnier.

Retrouvez l’intégralité du dossier consacré aux entreprises de nos territoires.

 

Voir aussi

En Corse, la famille Fenech perpétue la tradition des biscuits canistrelli

Groupe Eram : « Tel un bon vin, nous sommes ce que nous sommes car nous portons l’ADN de notre terroir »

Voir aussi

En voir plus
3 min

Signature électronique : Crédit Agricole Technologies et Services développe Izis

Des Caisses régionales proposent une solution de paiements pour les déficients visuels 4 min

Le Crédit Agricole et HandSome font résonner vos achats

Le Crédit Agricole du Languedoc s’engage pour l’environnement avec Valeco, producteur d’énergies renouvelables 2 min

Le Crédit Agricole du Languedoc s’engage pour l’environnement avec Valeco, producteur d’énergies renouvelables

Le camping de l'Espiguette équipée d'une solution AquaPool pour régénérer et économiser l'eau 3 min

Aquatech facilite le traitement et le recyclage des eaux usées

En voir plus
Qui mieux que le Crédit Agricole pour vous parler du rôle d'une banque coopérative et mutualiste ?

La Fédération nationale du Crédit Agricole

Instance politique du Crédit Agricole, la Fédération nationale du Crédit Agricole est une association loi 1901. Ses adhérents sont les Caisses régionales, représentées par leurs présidents et leurs directeurs généraux.

Mieux nous connaitre
FNCA échanges et concertation des Caisses régionales sur les grandes orientations du groupe Crédit Agricole