Anjou-Maine | Thème Développement économique 
Le 19/04/21

Groupe Eram : « Tel un bon vin, nous sommes ce que nous sommes car nous portons l’ADN de notre terroir » 

Client du Crédit Agricole de l'Anjou et du Maine, Eram est un groupe familial qui a fait le choix de maintenir son siège social à Saint-Pierre-Montlimart dans le Maine-et-Loire. Isabelle Saviane et Isabelle Desfontaines, respectivement DRH Communication et RSE groupe et responsable des projets RSE groupe, nous expliquent pourquoi, et nous racontent l'histoire de ce groupe bientôt centenaire.

Eram Fabrication
© DR.

Cette crise sanitaire que nous traversons vous encourage-t-elle à repenser vos modes de production ?

Groupe Eram : Nous allons accélérer le développement de circuits d’approvisionnement plus courts pour réduire notre empreinte environnementale, notamment lié au transport d’autant que les coûts de main d’œuvre en Chine tendent à se rapprocher de ceux pratiqués dans certains pays de la zone euro-méditerranéenne de libre-échange (zone Euro-Med). Nous allons aussi pouvoir réduire nos délais d’approvisionnement mais il serait illusoire d’imaginer relocaliser massivement dans notre pays car il n’y a plus assez de sites industriels pour combler les désirs de consommation. Le textile, le linge de maison et les chaussures (TLC) représentent 600 000 tonnes par an de produits mis sur le marché, et les coûts de fabrications en France ne correspondent pas à des marques qui sont positionnées sur une gamme de prix serrés. En revanche, nous avons développé d’autres propositions avec le ship from store (ndlr : mode de livraison effectué non pas à partir de la plateforme d’entreposage du distributeur mais de son réseau de points de vente physique), la location de chaussures, la réparation, la seconde main textile et chaussures, et avons dédié une équipe de R&D et RSE en vue d’industrialiser le recyclage des chaussures. Ces projets étaient déjà bien engagés avant la crise, celle-ci nous fait accélérer. Notre défi est d’inventer un modèle d’affaires de marché de masse responsable et rentable.

La Manufacture fabrication

 © DR.

Pouvez-vous nous présenter le groupe Eram et l’organisation de ses différentes marques ?

Groupe Eram : Eram est un groupe bientôt centenaire et l’actionnariat est 100 % familial. Dirigé par la famille Biotteau depuis trois générations, il emploie 5 000 personnes en France et à l’étranger (Chine, Bangladesh, Inde) et est piloté depuis 1998 par Xavier et Luc Biotteau, les petits-fils du fondateur. Groupe Eram, c’est 1 milliard de chiffre d’affaires, environ 20 millions de paires de chaussures vendues et 40 millions de vêtements. Si certains services sont mutualisés comme les finances, les ressources humaines, les systèmes d’information, le juridique ou la responsabilité sociétale des entreprises, les neuf marques du Groupe - Eram, Gémo (400 magasins), Bocage, Mellow Yellow, TBS, Montlimart, Faguo, Dresco, Parade et La Manufacture 49 - ont leur propre organisation et chacune d’elles est représentée au comité de direction du groupe. Elles sont d’ailleurs toutes engagées dans notre projet d’entreprise « Change for Good », initié en 2018 et qui porte l’ambition de devenir, d’ici 2025, une entreprise de référence reconnue pour ses performances responsables pour toutes ses parties prenantes.

Fabrication Eram

 © DR.

Le groupe Eram est né dans le Maine-et-Loire. Cette particularité est-elle un élément moteur dans la stratégie de développement du groupe ?

Groupe Eram : L’histoire d’Eram est née en 1927 avec Albert-René Biotteau, le grand-père des actuels dirigeants, dans un petit atelier de cordonnerie à Saint-Pierre-Montlimart (49). Il avait la volonté de faire prospérer sa région et d’aider les gens autour de lui. Il n’entendait le succès que s'il était partagé. En quarante ans, l’entreprise est devenue la plus importante de la région avec dix usines dans le département, employant 3 000 personnes et produisant jusqu’à 50 000 paires par jour. Le rêve du fondateur était de faire le bien et de bien le faire. C’est de cette histoire que sont issues la culture et les valeurs du Groupe. Le siège social est basé dans ce village de Saint-Pierre-Montlimart et il le restera.C’est un choix de conviction car il s’agit là de notre identité profonde et c’est sans doute cette proximité et ces valeurs qui nous ont, en partie, permis de mieux résister que certains en 2020. Être l’entreprise de référence et de cœur du territoire, voilà notre souhait et notre point commun avec le Crédit Agricole Anjou-Maine. Tel un bon vin, nous sommes ce que nous sommes car nous portons l’ADN de notre terroir.

équipe style Gémo

© DR.

La marque TBS parle de relocaliser une partie de sa production. Pourquoi ? Cette décision est-elle une tendance de fond dans le groupe ?

Groupe Eram : Nous avons neuf marques au sein du groupe avec des tailles et des marchés différents mais aussi des identités propres. TBS, la marque iconique née en 1978 à Saint-Pierre-Montlimart, est très engagée sur le Made in France. En 2019, elle a réinstallé un atelier de fabrication textile ici. La marque propose déjà des tee-shirts, des maillots de bain confectionnés dans son atelier, des chaussures montées en France, toujours dans le Maine et Loire, des pulls tricotés à côté de chez nous et des baskets fabriquées en feutrine de laine à partir de laine de moutons élevés dans le Morbihan. TBS entend développer et agrandir son atelier. C’est une tendance de fond pour cette marque de relocaliser dans l’Hexagone car cela correspond à son positionnement ; tout comme Bocage, une autre marque premium du groupe qui a maintenu 40 % de sa production en France dans notre usine La Manufacture49 à Montjean-sur-Loire. Pour d’autres marques du groupe, la tendance est de rapprocher les bassins de production vers la zone Euro-med. Montlimart, marque 100 % en ligne, née il y a trois ans, propose ainsi une gamme de vêtements pour homme fabriquée à moins de 2 000 km avec des matières respectueuses de qualité. Le Made in France est une attente de nos clients mais le prix de vente reste le moteur numéro 1.

femme Fabrication Eram

 © DR.

Un site de fabrication accompagne vos marques pour ces produits « Made in France ». Dans quelles proportions ?

Groupe Eram : Nous possédons deux sites de production en France, un situé à Jarzé et spécialisé dans la fabrication de chaussures avec des semelles injectées pour nos marques Parade et TBS (370 000 paires fabriquées l’année dernière). Et le second site, la Manufacture49, situé à Montjean-sur-Loire, pour une fabrication dite soudée, plus artisanale. La Manufacture49 produit pour nos marques internes comme Sessile, née d’un projet mené par cinq collaborateurs du groupe (la marque a dévoilé une première collection de sneakers réparables et recyclables). Et, depuis trois ans, pour des marques externes comme le Coq Sportif, la marque de sneakers de luxe Baron Papillom ou encore 1083, grâce à l’obtention du label Origine France Garanti. Ces deux usines emploient 250 personnes et produisent environ 520 000 paires par an. Le Made in France fait partie des axes de développement de TBS et représentera 35 % de son offre d’ici cinq ans. Notre objectif est plus ambitieux sur l’Europe car elle nous permet une plus grande réactivité : Bocage y produit déjà 60 % de ses chaussures et Eram 45 %.

Retrouvez l'intégralité du dossier consacré aux entreprises de nos territoires.

Au travers de reportages vidéo, d'articles, de brèves, de dossiers, le site creditagricole.info valorise les actions et les initiatives des 39 Caisses régionales du Crédit Agricole partout en France.
Proximité et rapidité sont les maîtres-mots de cet espace, pour une information riche, concrète et mobile.