Caisses régionales | Thème Développement économique 
Le 17/03/21

Né d’une seule ferme invente les yaourteries mobiles 

La start-up « Né d’un seule ferme », hébergée au Village by CA Loire Haute Loire et cliente du Crédit Agricole Atlantique Vendée, transforme des containers maritimes en yaourteries mobiles. Cette solution clé en main permet aux exploitations laitières de mieux valoriser leur production et aux consommateurs d'acheter des produits fermiers naturels à « prix accessible ».

ABonnardNeduneSeuleFerme.1
André Bonnard, producteur laitier et président de la start-up "Né d'une seule ferme", hébergée au Village by CA Loire Haute Loire et cliente du Crédit Agricole Atlantique Vendée. © DR..

Au milieu du massif montagneux du Pilat, dans le département de la Loire, coule une rivière : le Dorlay. Non loin de là, dans la commune de La Terrasse-sur-Dorlay s’étend l’exploitation agricole « La poule rousse ». On y trouve veaux, vaches, cochons, couvées et André Bonnard, producteur laitier et président de la jeune pousse « Né d’une seule ferme ». Son ambition : faciliter la production et l’achat de produits frais en installant des yaourteries mobiles, directement dans les fermes.

Raconter l’histoire de chaque ferme sur chaque pot

Pasteurisateur, étuve, conditionneuse : les ateliers contiennent tous les équipements nécessaires à la fabrication de yaourts. Créés dans des containers maritimes de 18 m2, ils offrent un complément de revenu aux producteurs. « Chaque mois, ils payent 1 300 euros la location de la yaourterie, un contrat qu’ils peuvent résilier à tout moment. En échange, nous nous engageons à racheter l’ensemble de la production. Cela favorise les circuits-courts et permet au producteur d’augmenter sa marge sur le prix de vente de sa matière première », explique André Bonnard. Les yaourts au lait entier et sans additifs sont ensuite commercialisés sous la marque « Né d’une seule ferme » et distribués, partout en France, dans les magasins Intermarché, partenaire de la start-up. Chaque pot vendu cinquante centimes l’unité est muni d’un QR code renvoyant vers une page internet. Le consommateur y trouve toutes les informations concernant le producteur, son exploitation, sa localisation, etc.

La filière laitière en crise

L’histoire débute en 2009, André et ses associés investissent dans un atelier de transformation du lait et emploient un apprenti fromager. Deux ans plus tard, sa compagne vient lui prêter main forte. Mais les choses ne se passent pas comme prévu, le couple se sépare. « Notre première réaction a été de vouloir vendre afin de récupérer notre investissement. Mais nous avons décidé de nous former et de continuer à faire marcher l’atelier », explique le producteur. Fort de cette mauvaise expérience, il réfléchit à une solution qui permettrait aux agriculteurs de transformer le lait sans contrainte de temps, ni d’argent.

André Bonnard, un producteur engagé

En parallèle, de son activité agricole, André est secrétaire général de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL). Chaque jour, il est confronté aux difficultés du secteur. « Encore aujourd’hui, les consommateurs n’ont plus confiance car ils ne savent pas ce qu’il y a dans leurs produits » poursuit-il. Il s’inspire alors du concept des micro-brasseries pour créer ses micro-laiteries mobiles. « En vingt ans, 1 500 micro-brasseries ont émergé, transformant la bière en un produit artisanal, agricole et naturel, qui a bénéficié à l’image de l’ensemble de la filière. ‘’Né d’une seule ferme’’ souhaite suivre le même chemin », déclare le producteur de lait.

Intermarché et le Crédit Agricole : des valeurs communes

En 2020, la start-up signe un partenariat de trois ans avec Intermarché. « Donner et avoir accès facilement à des produits locaux ne devrait pas être un casse-tête, mais une évidence. Je ne crois pas en la révolution mais au changement progressif des modes de consommation. Choisir l’une des enseignes de grande distribution les plus implantée sur le territoire français s’inscrit dans ce sens », affirme l’agriculteur. Le Crédit Agricole croit également au projet. « En septembre, nous avons levé 1,4 million d’euros auprès d’un pool bancaire composé entre autres du Crédit Agricole Atlantique Vendée. Un prêt sur six ans garanti à 40 % par Bpifrance. Plus récemment, nous avons intégré le Village by CA Loire Haute Loire. Une belle preuve de confiance, ce sont des partenaires avec lesquels nous partageons les mêmes valeurs de proximité et d’utilité au territoire », précise André Bonnard.

Aujourd’hui, « Né d’une seule ferme » travaille avec six producteurs français et a pour objectif d’en embarquer sept autres d’ici la fin de l’année avec plus de 300 fermes sur liste d’attente.  Elle souhaite également diversifier sa gamme de yaourts aux crèmes desserts, compotes et produits céréaliers. Le début d’une belle histoire 100 % française.

Au travers de reportages vidéo, d'articles, de brèves, de dossiers, le site creditagricole.info valorise les actions et les initiatives des 39 Caisses régionales du Crédit Agricole partout en France.
Proximité et rapidité sont les maîtres-mots de cet espace, pour une information riche, concrète et mobile.