Centre France | Thème Développement durable 
Le 25/08/20

Capillum : une collecte de cheveux aux boucles vertueuses 

La start-up Capillum, hébergée au Village by CA de Clermont-Ferrand, est devenue, en quelques jours, une véritable star. Elle est engagée dans la lutte contre la marée noire qui menace l’île Maurice après le naufrage d’un navire japonais.

Capillum web
James Taylor et Clément Baldellou, cofondateurs de la start-up Capillum. © DR

Quand des millions de cheveux permettent de tresser une belle histoire. « Tout est parti d’un post que nous avons publié sur Facebook appelant à donner ses cheveux pour sauver l’île Maurice de la marée noire. Depuis, c’est la folie ! », affirment James Taylor et Clément Baldellou, cofondateurs de la start-up Capillum (lire encadré ci-dessous), spécialisée dans la collecte et le recyclage des cheveux, à des fins médicales notamment.

Capillum coordonne les dons de cheveux

Nos cheveux possèdent de nombreuses qualités insoupçonnées dont celle d’absorber jusqu’à 8 fois leur poids en hydrocarbures. Ce pouvoir leur confère une valeur particulière dans la lutte contre la marée noire qui menace l'Île Maurice depuis le 25 juillet dernier. Un navire japonais sous pavillon panaméen, le MV Wakashio, a fait naufrage au large avec à son bord 3 800 tonnes de fioul et 200 tonnes de diesel. Pour retenir ce fioul, l’idée est de déployer une technique étonnante : une barrière faites de bouées de cheveux.

« Nous n’avons fait que relayer l’appel diffusé sur les réseaux sociaux de la mauricienne Françoise Gachet. Elle a créé une plateforme dans le but de coordonner les dons de cheveux et les confections de bouées sur l'île. » Fort de leur expertise et de leurs contacts chez les coiffeurs, les cofondateurs de Capillum sont mobilisés plus que jamais. Ils cumulent les heures de jour et de nuit pour organiser la collecte et l’acheminement de cheveux des nombreux donateurs vers les ONG active sur l’île dont la célèbre Project Rescue Ocean. « Pour la plupart, des coiffeurs de l’Hexagone, d’Europe et même du monde entier. Les particuliers ont également pris part à cette cause. Des cheveux nous proviennent chaque jour sous enveloppe des quatre coins de la France, de Belgique, du Canada. 

17 points de collectes en France

James Taylor fourmille d’anecdotes sur le sujet. « Un retraité de Rennes a décidé de faire le tour des salons de coiffure de la ville pour collecter les cheveux des clients. Un coiffeur d’Orléans a livré un fourgon entier dans l’un des points de collecte mis à disposition. » Dix-sept points de collecte en France sont ainsi accessibles aux coiffeurs grâce à un partenariat noué entre la start-up et la filiale Urby du groupe La Poste. « Nous sommes également bien entourés et épaulés par Christophe Vincent et François Guesdon du Crédit Agricole Centre-France qui nous hébergent au sein du Village by CA de Clermont-Ferrand. », déclare James Taylor.

A ce jour, impossible pour Capillum de tenir les comptes des cheveux collectés ni d’évaluer réellement la vague de popularité que cette initiative déclenche auprès du grand public, des médias et des politiques…  Bientôt, la collecte sera acheminée vers l’Île Maurice. « On attend le feu vert des autorités mauriciennes », confient-ils. La suite, ils ne la connaissent pas mais commencent à l’envisager en spéculant parfois sur une triste réalité. « Nous réfléchissons à maintenir cette collecte dans la durée en nouant des partenariats avec des ONG. En prévision, malheureusement, d’autres catastrophes et pour limiter la pollution dans les zones concernées. »

 

Capillum, spécialiste du recyclage du cheveu

L’aventure Capillum débute il y a trois ans. Les cofondateurs, rencontrés sur les banc d’une école de commerce, sont aussi des citoyens portés par des valeurs écoresponsables. Ils décident alors de lancer leur entreprise autour de la valorisation des déchets et plus particulièrement du cheveu. Un marché de niche sur lequel ils se sont positionnés à la suite d’une enquête révélant que 99 % des coiffeurs les jetaient à la poubelle. Pourtant, riches en kératine, ils sont très utiles à l’élaboration de certains médicaments. Partant de ce constat, ils imaginent un processus permettant son extraction après avoir créé une plateforme agrégeant une communauté de coiffeurs et organisent la collecte. Rapidement connus et reconnus comme acteur de référence dans le recyclage du cheveu, ils parviennent à se forger une notoriété qui s’étend au-delà de la sphère médicale. Des acteurs de zones portuaires s’intéressent de près à leurs déchets capillaires pour leur pouvoir d’absorption des hydrocarbures. 
L’activité de la start-up, hébergée au Village by CA de Clermont-Ferrand, s’est étendue à Lyon et à Montpellier juste après le confinement. Depuis le naufrage du navire au large de l’île Maurice, plus de 1000 coiffeurs supplémentaires sont prêts à s’engager durablement dans la collecte. Nul doute que l’activité prospère désormais au-delà de nos frontières. 

Un réseau pour ceux qui n’en ont plus  

InnovaFeed, le plus grand site au monde de production d'insectes  

Le Crédit Agricole dévoile sa signature dans un film en forme de déclaration d’amour aux Français  

Salon de l'agriculture : séquence émotion pour les lycéens !  

C'est quoi une mission locale ?  

Salon du CES 2020 avec Thomas Benzazon  

"Dessine-moi une brebis" la ferme rêvée par Léo  

Découvrez les livres jeunesse interactifs "Extrapage"  

Un jardin connecté Vavilov à la Chartreuse de Neuville-sous-Montreuil  

Au travers de reportages vidéo, d'articles, de brèves, de dossiers, le site creditagricole.info valorise les actions et les initiatives des 39 Caisses régionales du Crédit Agricole partout en France.
Proximité et rapidité sont les maîtres-mots de cet espace, pour une information riche, concrète et mobile.