Caisses régionales | Thème Développement économique 
Le 03/12/18

Les talents français s'exportent dans le monde entier 

La France est renommée pour ses nombreux talents dans des domaines traditionnels comme la haute couture, la gastronomie ou les métiers d’art. Mais la french touch s’exerce aussi dans des secteurs plus high-tech, où le génie créatif français propulse des start-up à la conquête du monde. Savoir-faire et modernité : deux atouts pour l’économie de nos territoires.

maincuirweb
Les artisans français se sont spécialisés dans la fabrication d’articles en cuir d’exception. © IStock

Cocorico ! Le « made in France » reste un véritable atout pour les entreprises de l’Hexagone quand il s’agit d’exporter leurs produits à l’étranger. L’image de qualité associée à notre pays soutient le dynamisme économique des sociétés qui continuent de cultiver le savoir-faire à la française. Si les poids-lourds du secteur industriel viennent spontanément à l’esprit, il faut aussi compter avec des entreprises plus traditionnelles, notamment dans les secteurs du luxe et des métiers d’art. Et la taille ne fait pas tout à l’affaire : selon les Chambres de métiers et de l’artisanat, 30 % des exportateurs français sont des entreprises artisanales.

Partout en France, les Caisses régionales de Crédit Agricole accompagnent ces pépites du savoir-faire français, dans des domaines d’excellence comme la parfumerie (Val de France), l’horlogerie (Franche-Comté), le champagne (Nord-Est)… A Limoges (Centre Ouest), Bernardaud porte fièrement l’étendard de la porcelaine française depuis 1863.

bernardaudweb

Bernardaud emploie plus de 300 salariés à Limoges et exporte les trois-quarts de sa production. © Bernardaud

La porcelaine de Limoges conjugue création et export

Comme de nombreux autres ateliers limougeauds, la société s’est rapidement développée, allant jusqu’à exporter 70 % de sa production aux États-Unis dès le début du 20e siècle : « Un bel élan que la crise de 1929 a stoppé net, rappelle Michel Bernardaud, qui préside aujourd’hui aux destinées de la société familiale. Mais nous avons su nous relever en suivant un principe adopté dès l’origine de l’entreprise : ne jamais transiger avec la qualité. »

Après la Seconde Guerre mondiale, Bernardaud est devenue la plus importante manufacture de la place. Au tournant des années 1950, la société a joué à quitte ou double en investissant une année de chiffre d’affaires dans le premier four tunnel de cuisson continue installé en France. Ce choix s’est vite révélé payant, permettant au porcelainier de produire de plus grandes séries pour les arts de la table.

Aujourd’hui, Bernardaud emploie plus de 400 salariés à Limoges et exporte les trois-quarts de sa production. L’entreprise est très active au sein du Comité Colbert, qui réunit 82 maisons du luxe à la française. « Le Crédit Agricole Centre Ouest est un partenaire depuis une trentaine d’années, devenu de plus en plus important et essentiel dans notre activité, ajoute Michel Bernardaud. Ses centres de décision sont toujours à Limoges, où bat le cœur de notre entreprise. Nous avons besoin de cette proximité. »

huitresPratArCoumweb

 Les huîtres Prat-Ar-Coum d'Yvon Madec se dégustent dans les plus grands restaurants du monde entier. © Prat-Ar-Coum

Les huîtres bretonnes à la conquête du monde

Cap à l’ouest, au bout du bout de la péninsule bretonne. Nous voici à Lannilis (Finistère), au cœur du pays des Abers. Il est 5 heures du matin et Caroline Madec supervise le chargement de plusieurs dizaines de bourriches à bord d’un camion frigorifique : « La cargaison va transiter par Roscoff puis Rungis, avant d’être acheminée par avion à l’autre bout du monde dans quatre jours. » La jeune responsable export de Prat-Ar-Coum fait partie de la quatrième génération de la famille Madec, qui s’est lancée dans l’ostréiculture à la toute fin du 19e siècle : « Cela n’a jamais été un long fleuve tranquille, notre aventure, constate Caroline Madec. La marée noire de l’Amoco Cadiz a bien failli nous faire boire la tasse ! »

Pour contrer les coups du sort, les Madec se sont rapidement diversifiés dans l’achat et la revente des crustacés. Yvon, le père de Caroline, toujours aux commandes de l’entreprise, a commencé à voyager au début des années 90 pour explorer les marchés étrangers. Petit à petit, l’entreprise familiale a commercé avec le Moyen-Orient et l’Asie. Aujourd’hui, les huîtres de Prat-Ar-Coum sont en bonne place sur de nombreuses tables de restaurants étoilés un peu partout dans le monde.

« Il a fallu nous organiser pour surmonter les difficultés spécifiques à notre éloignement logistique, cruciales quand on travaille un produit vivant comme l’huître », précise Caroline Madec. Ce savoir-faire paye aujourd’hui, avec 30 % du chiffre d’affaires désormais réalisé à l’étranger et 30 salariés à l’œuvre à Lannilis. « Le Crédit Agricole du Finistère nous a aidés à financer ce développement dans un climat de confiance. »

dentelleweb

La dentelle du Puy est répertoriée dans l'Inventaire du patrimoine culturel immatériel français. © IStock.

La dentelle du Puy tisse un avenir très connecté

Du côté du Puy-en-Velay (43), le Crédit Agricole Loire Haute-Loire accompagne le renouveau d’un savoir-faire ancien et emblématique de la région, en soutenant l’association Couleurs Dentelle à Briourde. « En 1665, par mesure économique, Colbert décida d’interdire l'importation de la dentelle massivement importée d’Italie et de Flandres ; il fonda des manufactures royales à Bayeux et au Puy », explique Caroline Panthier-Sabot, prestataire de services pour l’association qui travaille à la transmission de la technique dentellière.

Au 18e siècle, plus de 100 000 dentellières maniaient le fuseau en Haute-Loire. De quoi couvrir la noblesse et le clergé de dentelles ! « C’est au 19e siècle que le déclin de la dentelle aux fuseaux s’est amorcé, avec l’apparition des ateliers mécaniques », poursuit la détentrice d’un brevet des métiers d’arts formée en broderie haute couture.

Couleurs Dentelle tire 80 % de ses revenus des cours dispensés aux quatre coins de la France. « Nous collaborons également avec des créateurs : nous avons récemment réalisé une chaussure toute en dentelle, du très haut de gamme réalisé sur mesure. » L’association participe également à un programme européen sur l’emploi de matériaux innovants ; la technique dentellière peut en effet aider à tresser adroitement des fibres optiques réputées très cassantes, pour des applications très diverses. Une belle manière de projeter ce savoir-faire traditionnel dans le futur.

Nahimicforgamersweb-1

A Villeneuve-d’Ascq, les ingénieurs de Nahimic révolutionnent le son. © Nahimic

Le Nord fait sa révolution sonore

Car la french touch se manifeste aussi dans le high-tech. A Villeneuve-d’Ascq, A-Volute, n’en finit pas de révolutionner le son ; ses ingénieurs ont créé Nahimic, une solution logicielle qui restitue un son 3D à partir des simples haut-parleurs d’un ordinateur ou les oreillettes d’un casque stéréo. La trouvaille a d’abord été adoptée par les fabricants de PC dédiés au gaming, pour plonger les adeptes de jeux vidéo dans une simulation hyper-réaliste. Aujourd’hui, près de 15 millions de PC sont équipés de Nahimic.

Cette percée dans le marché du jeu vidéo permet au Petit Poucet nordiste de damer le pion aux poids-lourds historiques du secteur : « A l’occasion du prochain Consumer Electronics Show de Las Vegas, nous allons présenter une nouvelle version de Nahimic, s’enthousiasme Tuyen Pham, créateur d’A-Volute. Notre logiciel sera désormais disponible sur Mac, via un abonnement annuel. Il apportera un son immersif aux contenus des plateformes de streaming, sur les films et séries par exemple. »

Pour réussir son pari, la start-up a levé 2 millions d’euros en 2017 auprès d’investisseurs privés. Un prêt a également été contracté auprès du Crédit Agricole Nord de France. A-Volute, rebaptisée aujourd’hui Nahimic, compte 50 personnes et veut conquérir le monde sans pour autant quitter Villeneuve-d’Ascq : « En France, nous disposons d’un savoir-faire unique, grâce à des formations d’ingénieurs parmi les meilleures au monde, analyse Tuyen Pham. Cette french touch, le monde entier nous l’envie ! »

Au travers de reportages vidéo, d'articles, de brèves, de dossiers, le site creditagricole.info valorise les actions et les initiatives des 39 Caisses régionales du Crédit Agricole partout en France.
Proximité et rapidité sont les maîtres-mots de cet espace, pour une information riche, concrète et mobile.