Crédit Agricole | Thème Coopération et mutualisme 
Le 02/02/18

La voix coopérative, une voie à suivre 

91 % des Français ont une bonne image des entreprises coopératives et pensent que leur développement améliorerait la situation du pays. Ce chiffre, tiré de l’édition 2018 du Panorama des entreprises coopératives (par Coop FR), témoigne de l’importance de ce modèle. Logiquement, il revendique sa place dans le débat sur l’évolution des entreprises.

Groupes Coopératif
1 260 000 salariés travaillent dans un groupe coopératif : une dynamique en hausse constante depuis 2008.

Dans un communiqué de presse diffusé le 29 janvier 2018, Coop FR, organisation représentative du mouvement coopératif français, déclare vouloir être entendue par la mission « Entreprises et intérêt général », dans le cadre du Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises. Ce Pacte, lancé par Bruno Le Maire, émet l’idée, pour les entrepreneurs, d’adopter un objet social élargi « à une mission sociale, scientifique ou environnementale qu’ils assignent à leur société en plus de leur objectif de profit ». Une consultation publique est en ligne jusqu’au 5 février, à la suite de laquelle un projet de loi devrait être rédigé au printemps.

Performance économique du modèle

Pour affirmer son incontournable voix au chapitre, Coop FR s’appuie sur les chiffres de la dernière édition du Panorama. Ils confirment les performances économiques des entreprises coopératives, et même leur position de leader sur de nombreux marchés : elles représentent 70 % de l’activité de banque de détail, 40 % de l’agro-alimentaire, 30 % du commerce de détail en France… En matière d’innovation sociale, elles ont toujours été́ en pointe, affirme l’étude, et répondent aujourd’hui aux nouveaux défis de la société́ : transition écologique, numérique, alimentaire, etc.

Le profit comme moyen

En France, 10 coopératives font partie du top 30 des coopératives européennes. Le groupe Crédit Agricole arrive même sur la première marche du podium mondial. Dans une récente tribune publiée dans l’Opinion le 29 janvier 2018, Philippe Brassac, directeur général de Crédit Agricole SA, salue la voie ouverte par le Pacte : « Celle qui consiste à considérer qu’une entreprise n’est pas seulement vouée au profit ». Une dimension « familière aux mutualistes », évoque-t-il. Au nom du Crédit Agricole, il conclut : « La rentabilité est indispensable, puisque c’est elle qui permet à l’entreprise de délivrer le service qui est sa mission. Mais le profit est un moyen, non une fin. »

Au travers de reportages vidéo, d'articles, de brèves, de dossiers, le site creditagricole.info valorise les actions et les initiatives des 39 Caisses régionales du Crédit Agricole partout en France.
Proximité et rapidité sont les maîtres-mots de cet espace, pour une information riche, concrète et mobile.