La réforme porterait un coup fatal au Livret A 

Le 6 décembre 2010

Ayant pris connaissance des projets de décrets sur la distribution du Livret A qui traitent du taux de centralisation et de la rémunération de la collecte, la Fédération nationale du Crédit Agricole en arrive à une conclusion évidente : cette réforme porterait un coup fatal au Livret A en sanctionnant les bons élèves.

Il est donc permis de s’interroger sur les intentions de ceux qui soutiennent une réforme dont les effets immédiats seraient la baisse de la collecte globale du Livret A  au détriment du financement de l’économie des régions.

Il  y a deux catégories de collecteurs aujourd’hui : ceux qui apportent de l’argent au logement social, et ceux qui en retirent. Le Crédit Agricole est fier d’avoir montré l’exemple en soutenant la volonté du gouvernement en faveur du logement social.  Le Crédit Agricole n’a pas soustrait un seul centime au logement social, il lui a apporté plusieurs milliards.

S’agissant de la rémunération, que nous propose-t-on ? De mieux rémunérer ceux qui retirent de l’argent et de baisser la rémunération de ceux qui en apportent. Chacun peut comprendre que ce système est injuste, et inefficace à terme pour le logement social. Ce n’est pas ainsi que l’on va consolider ou augmenter la collecte, les réseaux n’étant pas incités à promouvoir ce placement et à innover. La diminution de la rémunération de la collecte ne profitera pas au financement du logement social qui est l’argument de cette réforme.

Un taux de centralisation arbitraire va par ailleurs priver les régions françaises d’une grande partie de leur épargne.  Celle qui est inscrite au bilan des Caisses régionales de Crédit Agricole est employée à 100% pour le financement de l’économie en région. Celle qui est prélevée dans les régions et centralisée n’est employée qu’à 50% pour financer le logement social. On se demande pourquoi, alors que la loi garantit une centralisation de 125% des prêts accordés par la CDC, il serait nécessaire de fixer un taux de centralisation préétabli jusqu’en 2020 d’après un jeu d’hypothèses. La solution, c’est plus de prêts et moins de théorie.

Plutôt que de vouloir dans l’urgence déterminer un taux de centralisation « idéal », il semblerait plus efficace de favoriser le montant collecté et de limiter la centralisation aux besoins réels. La modulation proposée paraît ignorer que la collecte ne se décrète pas.

Enfin, dans un contexte de liquidité marqué à la fois par les conséquences de la crise et les évolutions des normes prudentielles, la convergence à marche forcée sur une durée réduite à sept ans aura nécessairement des impacts destructeurs.

 

A propos de la Fédération nationale du Crédit agricole

La Fédération nationale du Crédit agricole est l’instance d’orientation et de représentation des Caisses régionales de Crédit agricole, actionnaires majoritaires de Crédit Agricole SA à  travers la SAS Rue La Boétie.

Avec 20 millions de clients, 6 millions de sociétaires, 39 Caisses régionales et 2 540 Caisses locales, le Crédit agricole est le premier groupe bancaire français. Il propose des services de banque, d’assurances, de transactions et gestion immobilière au cœur de tous les territoires, à destination des professionnels, des entreprises, des collectivités locales et des particuliers.

Contact presse :
Bertrand Schaefer : 01 49 53 41 72 bertrand.schaefer@ca-fnca.fr

Au travers de reportages vidéo, d'articles, de brèves, de dossiers, le site creditagricole.info valorise les actions et les initiatives des 39 Caisses régionales du Crédit Agricole partout en France.
Proximité et rapidité sont les maîtres-mots de cet espace, pour une information riche, concrète et mobile.