Thème Développement durable 
Le 19/07/11

Le courant passe dans les microcentrales 

À côté des grands barrages qui font couler beaucoup… d’encre, les microcentrales hydroélectriques produisent à moindre coût une énergie particulièrement propre. De plus en plus respectueuses de leur environnement, elles s’engagent même dans la préservation des cours d’eau, faune et flore comprises, et parfois dans l’écotourisme.

Le courant passe dans les microcentrales
Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes a financé la construction de la microcentrale du Pont de Chaney (Savoie) dont les travaux, très spectaculaires dans une zone montagneuse, ont débuté début 2010.

Mue par l’eau, la turbine d’une microcentrale entraîne un générateur électrique qui produit en moyenne 1,5 million de kWh par an. Rapide à enclencher, la microcentrale fournit une énergie d’appoint très utile aux heures de forte demande. Elle ne consomme pas de combustible fossile, n’émet pas de CO₂, ne produit pas de déchet et, à l’inverse d’une centrale de barrage, impacte peu l’écosystème. Autant de qualités ont motivé en 2008, dans la lignée du Grenelle de l’environnement, un plan de développement de la petite hydroélectricité – notamment par la modernisation du parc –, programme assorti d’exigences de haute qualité environnementale et d’intégration des installations aux paysages. 

Accompagner une cession

Le Crédit Agricole accompagne le développement de cette énergie renouvelable prometteuse. Ainsi, en 2010, le cabinet Envinergy Transactions  contacte le Crédit Agricole du Languedoc, dont il est client, pour accompagner la vente de la microcentrale Les Tronquettes, située en Lozère. « L’acheteur, qui exploite déjà deux centrales en Ardèche, a pris confiance en constatant que nous maîtrisions les aspects techniques de son métier. Cette expertise nous a permis à nous aussi de juger de son professionnalisme. Nous lui avons accordé un prêt sur douze ans pour compléter son apport de 30 % à un montage financier de 1,8 million d’euros au total », explique Jérôme Lavinaud, responsable du pôle énergies renouvelables à la Caisse régionale.

Financer une construction

En Maurienne (Savoie), tout commence… en 1906, avec la mise en service de la centrale Argentine, suivie en 1907, sur la même rivière de celle du Pont de Chaney. En 2003, l’audit lancé par Erema, la société exploitante montre que si l’aînée a résisté au temps, la cadette est devenue vétuste. Rénover ou reconstruire ? L’option du neuf l’emporte. Cela permettra de s’installer en contrebas, dans un endroit plus accessible, d’augmenter les capacités de production, et de bénéficier du tarif de revente au réseau EDF de 6,46 centimes d’euro au kWh, tarif réservé aux microcentrales neuves durant leurs vingt premières années.

Quatre ans seront nécessaires pour obtenir une autorisation préfectorale très pointilleuse sur les critères environnementaux. Accord en poche, Erema commande un avant-projet à son maître d’œuvre, puis lance un appel d’offres en trois lots : bâtiment, conduite d’eau de 1 400 mètres dont la moitié enterrée, turbine, alternateur et transformateur. « Nous avons consulté plusieurs banques pour le financement. C’est finalement la nôtre, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes et la filiale du groupe Auxifip, spécialiste en énergies renouvelables, qui ont pris le risque de nous prêter trois millions d’euros. Les autres ont reculé car nous ne sommes pas propriétaire du droit d’eau (droit d’usage de la force motrice de l’eau) et des murs. Eux nous ont aidé à ‘bétonner’ notre bail pour parer à toute éventualité. Les travaux, très spectaculaires dans cette zone montagneuse, ont pu débuter début 2010 », raconte Jean-Philippe Reiller, gérant d’Erema. Mise en service en mars 2011, Argentine II promet 19 millions de kWh par an.

© creditagricole.info / Juillet 2011

Au travers de reportages vidéo, d'articles, de brèves, de dossiers, le site creditagricole.info valorise les actions et les initiatives des 39 Caisses régionales du Crédit Agricole partout en France.
Proximité et rapidité sont les maîtres-mots de cet espace, pour une information riche, concrète et mobile.