Thème Développement durable 
Le 24/08/12

Merci la forêt ! 

La filière Bois Forêt pèse 60 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour 440 000 emplois. Moteur de l’économie, la forêt rend également de grands services éco-systémiques : séquestration du carbone, préservation de la biodiversité, purification de l’eau... Mais au fait, économie et écologie sont-elles antinomiques ?

PUITS DE CARBONE
©2012Thinkstoc

« Une forêt mature ou dépérissante peut émettre autant, voire plus, de gaz carbonique qu’elle en capte. À l’inverse, une exploitation durable stimule la croissance de la forêt, croissance dont dépend l’intensité du stockage du carbone » explique Gwenaël Postec, expert carbone mandaté par l’association interprofessionnelle France Bois Forêt. Fonctions économiques et écologiques sont donc complémentaires, la filière Forêt Bois faisant même figure d’acteur majeur dans la lutte contre le changement climatique (compensation de 25% des émissions de GES françaises). En stimulant croissance et donc photosynthèse, l’activité forestière interagit non seulement sur la séquestration du carbone dans la forêt, mais aussi sur son stockage dans les produits bois que l’on substitue de plus en plus à des matériaux consommateurs d’énergies fossiles (aciers, ciments, plastiques). Par ailleurs, le bois énergie se substitue déjà à 10 millions de tonnes équivalent pétrole, ce qui évite autant les émissions de CO2.

Du sous-bois aux produits finis

Face à des enjeux économiques et environnementaux croisés, la filière Bois Forêt française porte un projet stratégique dont le premier axe vise à renouveler et améliorer  110 000 hectares  de forêts chaque année pour les adapter au changement climatique, tout en accroissant la mobilisation de   11 millions de mètres cubes de bois d’ici 2020. Le deuxième axe pose les jalons d’une meilleure valorisation de cette ressource : compétitivité accrue des secteurs de la scierie et de la construction, développement de nouveaux usages (biomatériaux, chimie verte) et des débouchés industriels des bois feuillus… Ce projet, dont la pertinence a été reconnue par le Ministère de l’Agriculture et de la Forêt, pourrase déployer à partir de 2013 en fonction du niveau des financements issus des recettes des quotas carbone dus par les grands émetteurs de gaz à effet de serre.«Une juste rétribution des services rendus par la forêt, à hauteur de25% des fonds issus des ‘droits à polluer’ (quotas carbone), permettrait de les réinvestir dans les actions durables préconisées par la filière Forêt-Bois, et ce sans coût pour le budget de l’Etat mais au bénéfice de l’économie, de l’emploi et de l’écologie dans le pays » analyse Gwenaël Postec.

Au travers de reportages vidéo, d'articles, de brèves, de dossiers, le site creditagricole.info valorise les actions et les initiatives des 39 Caisses régionales du Crédit Agricole partout en France.
Proximité et rapidité sont les maîtres-mots de cet espace, pour une information riche, concrète et mobile.