Thème Développement durable 
Le 29/06/12

Concevoir des écoquartiers intégrés à leur environnement 

Alain Fillola est vice-président de la Communauté urbaine de Toulouse et président-directeur général d’Oppidea, société d’économie mixte d’aménagement du Grand Toulouse. Parmi ses projets, il assure notamment l’aménagement de l’écoquartier Vidailhan à Balma. A travers le thème de l’insertion des écoquartiers dans leur environnement, il nous livre ici sa vision de la ville.

Ecoquartier Balma Toulouse 31
Oppidea, société d’économie mixte d’aménagement du Grand Toulouse dont Alain Fillola est le PDG, assure l'aménagement de l'écoquartier Vidailhan. ©Oppidea

Qu’est-ce qu’un écoquartier exactement ?

Difficile de résumer le concept en quelques lignes ! C’est un quartier qui doit à la fois s’insérer dans la ville et trouver un juste équilibre entre les trois piliers du développement durable : sociétal, économique et environnemental. Ce qui n’est pas si simple. Une large concertation est donc primordiale, mais ce n’est pas tout : il faut ensuite veiller à ce que les habitants, les salariés, les commerçants qui y vivent s’approprient toutes les dimensions du projet. C’est notre démarche à Balma.

On ne parle plus de concevoir les villes, mais de concevoir des quartiers. Est-ce une réduction des ambitions ?

Non, bien au contraire. S’il est vrai que les projets se construisent à l’échelle du quartier, ils intègrent une vision partagée dans la façon d’habiter, de vivre son territoire. Ces réflexions communes aident à construire une nouvelle approche de la ville, qui deviendra peu à peu une écocité, une écoville. Cette démarche s’inscrit dans celle du « Plan climat », qui ne se réduit pas à des actions strictement écologiques, mais prend en compte tous les aspects du développement durable. Au propre comme au figuré, l’écoquartier Vidailhan est l’antithèse d’un « carré de pré vert ». C’est un lieu ouvert sur la ville et sur les autres, mixte et partagé.

Que doivent les écoquartiers d’aujourd’hui aux « cités-jardins » du XXe siècle ?

Les cités-jardins ont vu le jour en France au début du XXe siècle. Il s’agissait d’ensembles de logements sociaux individuels ou collectifs locatifs, avec un aménagement paysager et des équipements collectifs. On peut dire que les cités-jardins ont marqué une étape et nourrissent notre réflexion actuelle. Aujourd’hui, l’urgence à intervenir dans le domaine du logement et de son intégration à la ville est toujours d’actualité. Mais la conception d’un écoquartier prend aussi en considération de nouveaux aspects : la mixité, l’écologie et le lien social.

A l’échelle du territoire, comment ces écoquartiers vont-ils s’intégrer dans la cité ?

Cette dimension est prise en compte dès les prémisses du projet, en anticipant les conséquences de l’aménagement sur son environnement urbain. L’arrivée de nouveaux logements, d’équipements musicaux, d’espaces verts fait évoluer le regard sur la ville. Parfois même, elle déplace les centres de vie. C’est le principe même d’une ville qui tient compte de l’évolution démographique, économique et sociale des habitants. En résumé, une ville en mouvement.

Au travers de reportages vidéo, d'articles, de brèves, de dossiers, le site creditagricole.info valorise les actions et les initiatives des 39 Caisses régionales du Crédit Agricole partout en France.
Proximité et rapidité sont les maîtres-mots de cet espace, pour une information riche, concrète et mobile.