Le Village by CA | Thème Innovation 
Le 05/12/16

« Ce qui nous manque, c'est avant tout des catalyseurs de synergies » 

La France compte aujourd'hui 250 start-up Foodtech... Mais de quoi ont-elles besoin pour se développer ? L'éclairage de Kevin Camphuis, co-fondateur de Shake Up Factory, un accélérateur de start-up Food.

Kevin-Camphuis-ShakeUpFactory
Kévin Camphuis a vingt ans d'expérience dans le marketing, le développement, l'open innovation et la transformation digitale dans la cuisine.

Quelles sont aujourd'hui les attentes des start-up qui se lancent dans la FoodTech ?

Les start-up ont d'abord besoin de conseil et d’accompagnement pour consolider leurs projets et leurs équipes. Elles ont ensuite besoin de débouchés car, pour l'heure, malgré la vigueur de notre tissu industriel et commercial, les possibilités de collaboration et de commercialisation sont encore trop limitées. Et puis, bien sûr, de financements, pour accélérer leur développement !  Et sur ce plan, force est de constater que malgré l'existence de quelques fonds dédiés à l'innovation Food et les efforts de soutien de BpiFrance, la France présente encore un véritable déficit de moyens avec seulement 1 % des fonds levés mondialement en Foodtech, particulièrement pour ce qui concerne la phase cruciale de l'amorçage.

Dans ce contexte, quel pourrait être le rôle d'une banque comme le Crédit Agricole ?

Quand on pense « banque » on pense évidemment d'abord aux financements mais, au vu des besoins et de la position du Crédit Agricole dans l’écosystème industriel agro-alimentaire français et son ancrage dans les territoires, les champs d'actions peuvent être beaucoup plus vastes. En France, nous avons la chance d'avoir un tissu industriel et commercial reconnu mondialement et, ce qui nous manque, c'est avant tout des catalyseurs de synergies. C'est sans doute sur cet aspect-là que le Crédit Agricole peut concrètement contribuer à changer la donne. Mais une chose est sûre : une banque, si puissante soit-elle, ne pourra pas agir seule.

Quelle est la mission de Shake Up Factory et quelle est la nature du partenariat noué avec le Crédit Agricole ?

La mission de Shake Up Factory est d’accélérer l’innovation de la foodtech du champ à l’assiette. Pour ce faire, nous avons mis en place une équipe et des process pour, d'une part, les start-up qui souhaitent accélérer leur développement et lever des fonds et, d'autre part, pour les industriels qui souhaitent créer des synergies avec les start-up : cela se traduit par des expérimentations réussies et des collaborations qui sont réellement créatrices de valeur.
La rencontre avec le Crédit Agricole remonte à début 2016 et nous avons rapidement compris que nos approches pouvaient être complémentaires. En juin dernier, notre collaboration s'est d'abord concrétisée par le lancement d'un appel à candidature « Foodtech » avec Sodexo et le Village by CA. Dans le même temps, nous avons initié une étude approfondie sur l'investissement mondial que nous dévoilerons début 2017. Cette analyse va nourrir la réflexion des nombreux métiers du Crédit Agricole, mais aussi servir de base à la création d'initiatives et de projets communs pour soutenir le développement d'une économie Foodtech en France qui fera la différence demain.

 

Au travers de reportages vidéo, d'articles, de brèves, de dossiers, le site creditagricole.info valorise les actions et les initiatives des 39 Caisses régionales du Crédit Agricole partout en France.
Proximité et rapidité sont les maîtres-mots de cet espace, pour une information riche, concrète et mobile.