Faire revivre le coeur des villes

Le 04/10/16 - Caisses régionales

Centres-villes : objectif revitalisation 

Au moins 15 % de logements vacants, plus de 20 % de commerces vides... Depuis un quart de siècle, les centres des villes petites et moyennes perdent peu à peu leur énergie vitale. Ces dernières années, de plus en plus d’acteurs se mobilisent pour lutter contre ce phénomène. Le Crédit Agricole s’inscrit résolument dans ce grand mouvement de retour vers les centres.

vignette-centre-ville-perpignan
La redynamisation des centres-villes est devenue un enjeu de taille pour les habitants, les élus locaux et les acteurs économiques. ©2016 iStockphoto.

L’engrenage est bien connu : ça commence par un centre commercial, installé en périphérie, à proximité des lotissements qui ont grignoté champs et forêts. La voirie suit pour connecter la ville à ce nouveau temple du commerce taillant un peu plus les terres agricoles. Puis, certains commerçants du centre-ville, ceux qui ont les moyens, s’installent dans la galerie marchande. Leurs clients fidèles les suivent, bientôt imités par une poignée de services publics qui ouvrent là des annexes qui deviendront un jour ou l’autre l’agence principale…

Un déclin inéluctable

Le processus peut s’étaler sur quinze ou vingt-cinq ans, parfois moins, mais à chaque fois l’issue est la même : les rideaux se baissent en centre-ville, les habitants qui le peuvent s’en vont, remplacés par ceux qui n’ont pas d’autre choix, le tissu social se distend et le bâti s’abîme. C’est l’histoire de Vierzon, de Calais, de Béziers et d’innombrables villes moyennes et petites qui font face aujourd’hui à une dévitalisation galopante.

Sursaut des communes face à la « déprise »

Une histoire qui finit mal ? Pas nécessairement car le cercle vicieux n’est pas incassable. De plus en plus de collectivités ont pris la mesure du problème et s’attachent à redynamiser leur centre pour redonner à leurs acteurs économiques la vitalité dont ils ont besoin et à leurs habitants la qualité de vie qu’ils méritent. C’est le cas de Saint-Brieuc qui, en dépit de son statut de préfecture et de ses 60 000 âmes, présente tous les symptômes de ce que les sociologues appellent la « déprise ». Son maire a fait de la redynamisation du centre-ville la priorité numéro un de son mandat avec la volonté d’agir de concert sur de nombreux domaines : l’habitat, le commerce, l’animation, l’aménagement de l’espace urbain, la sécurité… En un mot : redonner de l’attractivité.

Une banque utile aux territoires

Aux côtés de l’action municipale, le Crédit Agricole des Côtes-d’Armor répond présent. « Cela relève de notre mission d’utilité aux territoires, affirme Jean-Yves Carillet, directeur général de la Caisse régionale. D’ailleurs la vitalité des centres-villes fait partie de nos cinq axes d’action prioritaires, aux côtés de thématiques comme le développement de l’emploi ou l’accompagnement des publics fragiles. »

Au fil des ans, l’engagement du Crédit Agricole a pris de nombreux visages. « Il y a trois ans, par exemple, nous avons organisé un voyage d’inspiration à Troyes pour une vingtaine d’acteurs économiques et politiques briochins afin de découvrir comment une ville, durement frappée par la fin de son industrie phare (la bonneterie), a réussi à redevenir une cité aussi dynamique qu’attractive en l’espace de quelques années. »

De la boutique au projet d’urbanisme

Cette première opération de sensibilisation a été suivie d’initiatives « modestes mais concrètes » comme les boutiques starters créées dans des locaux dont la Caisse est propriétaire et proposées au tiers d’un loyer classique à des commerçants porteurs de concepts novateurs. « Trois boutiques ont été lancées et fonctionnent très bien et trois autres vont ouvrir prochainement », souligne Jean-Yves Carillet. Côté logement, la Caisse contribue à sa manière à la réhabilitation du centre-ville en rénovant des studios de 30-40 m2 pour les mettre à la disposition de ses apprentis qui n’ont pas de point de chute à Saint-Brieuc et collabore avec le mouvement Soliha (acteur du logement d’insertion) autour de la question des copropriétés dégradées. « Enfin, l’an dernier nous avons accompagné la municipalité dans la candidature au programme européen Europan. Dans ce cadre, une quarantaine d’équipes d’urbanistes et d’architectes ont planché sur les problématiques de la ville. Trois lauréats ont été retenus pour poursuivre la réflexion autour d’un projet qui viserait à « retourner » la ville vers la mer. »

Le riche exemple costarmoricain illustre bien les différentes facettes de ce que peut être la contribution des banques aux stratégies de revitalisation des centres-villes. Ce dossier présente un panorama d’autres initiatives qui, avec des modalités et des échelles différentes, vont dans le même sens.

 

Au travers de reportages vidéo, d'articles, de brèves, de dossiers, le site creditagricole.info valorise les actions et les initiatives des 39 Caisses régionales du Crédit Agricole partout en France.
Proximité et rapidité sont les maîtres-mots de cet espace, pour une information riche, concrète et mobile.