Crédit Agricole Leasing & Factoring | Thème Développement durable 
Le 07/10/15

Structurer la méthanisation collective pour atteindre les objectifs 

La loi sur la transition énergétique fixe à 32 % la part des énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie en 2030. Un objectif ambitieux qui ne pourra être atteint que si toutes les filières sont mises à contribution. Or, selon Christine Delamarre, directrice générale déléguée d'Unifergie, celle de la méthanisation doit déjà faire sa propre révolution, en particulier celle des installations collectives.

delamarre-christine
Christine Delamarre, directrice générale déléguée d'Unifergie

Avec plus de 2 500 MW installés, le Crédit Agricole a financé environ 30 % du parc photovoltaïque français, 25 % de l'éolien et 70 % de la méthanisation. Unifergie, filiale de Crédit Agricole Leasing & Factoring spécialisée dans le financement de la transition énergétique et des territoires, prend une part active à ces financements, notamment à ceux des grosses unités de méthanisation.

« Nous n'intervenons que sur des projets de méthanisation collective, les Caisses régionales prenant en charge ceux de plus petite dimension, confirme Christine Delamarre, directrice générale déléguée d'Unifergie. Pour ce faire, nous avons mis en place un outil grâce auquel les clients des Caisses peuvent présenter très précisément leur projet. Il permet d'étudier en détail la localisation, la nature des intrants, le matériel choisi, etc. Et donc de mieux apprécier la viabilité du projet dans son ensemble ainsi que la solvabilité du projet. »

Une unité de méthanisation est “vivante”

Les projets collectifs et territoriaux nécessitent en effet une lourde ingénierie technique, juridique et financière. « Certains porteurs de projets n'ont pas conscience de ce qu'implique la méthanisation, poursuit Christine Delamarre. Par exemple, ils ignorent que si le photovoltaïque est un équipement passif qui nécessite peu d'entretien, une unité de méthanisation est vivante. Il suffit qu'un jour un caillou se glisse dans le fumier pour que tout le processus soit bloqué. »

Et comme il n'existe pas de filière locale ­— les équipements viennent le plus souvent d'Allemagne -, une simple réparation peut parfois prendre du temps…

La filière doit accompagner les unités collectives de méthanisation

L'expérience prouve qu'il faut au minimum une année de prise en main et de rodage. Et plus les intrants sont nombreux, plus l'alchimie est complexe à réaliser. Les délais peuvent par conséquent être longs avant qu'une installation devienne rentable. Certains exploitants perdent patience, voire se découragent.

Selon Christine Delamarre, « Il faut impérativement que la filière soit améliorée si l'on veut  respecter le plan EMAA Energie méthanisation autonomie azote et construire 1 500 méthaniseurs d'ici à 2020. Les unités collectives de méthanisation sont de petites installations industrielles où se rencontrent l'agriculture et l'agroalimentaire. Ceux qui souhaitent se lancer doivent avoir conscience qu'elles exigent compétences, disponibilité, patience et moyens financiers. »

Au travers de reportages vidéo, d'articles, de brèves, de dossiers, le site creditagricole.info valorise les actions et les initiatives des 39 Caisses régionales du Crédit Agricole partout en France.
Proximité et rapidité sont les maîtres-mots de cet espace, pour une information riche, concrète et mobile.