Thème Emploi 
Le 14/08/15

Un pari sur l’avenir 

Insertion professionnelle, stages et alternance, prospective… Depuis plusieurs années les Caisses régionales de Crédit Agricole mènent de nombreuses actions à destination des universités et des grandes écoles. L’éclairage de Camille Béraud, directrice générale adjointe en charge des ressources humaines à la Fédération Nationale du Crédit Agricole.

lead-dossier-ecoles
Les Caisses régionales nouent des partenariats prestigieux avec des universités et des grandes écoles, partout en France, pour aller à la rencontre des jeunes. © 2013 Thinkstock

Le Crédit Agricole a créé des liens avec des établissements d'enseignement supérieur partout en France. Qu’est-ce qui motive cette dynamique ?

Cette stratégie répond à notre principal enjeu de faire connaître les métiers et les valeurs du Crédit Agricole aux étudiants. Nous souhaitons attirer les meilleurs talents vers notre groupe. Pour ce faire, nous menons plusieurs types d’actions : il peut s’agir de job dating dans les grandes écoles pour rencontrer directement les élèves ou de partenariats ayant une durée plus longue qui nous permettent d’accroître la visibilité de notre « marque employeur »; il nous arrive également de soutenir concrètement les écoles dans leurs projets pédagogiques. Ces conventions complètent les relations que nous avons déjà autour des offres de stage ou de contrats d’alternance, qui représentent un véritable gisement de recrutements pour les Caisses régionales et les filiales. Ainsi, chaque année, le groupe accueille 4 000 nouveaux collaborateurs en CDI, mais aussi 3 500 apprentis et environ 6 000 stagiaires !

Ces dernières années, y a-t-il une évolution au niveau des attentes du Crédit Agricole quant aux jeunes recrues ?

Sur le plan  quantitatif, nos embauches de jeunes diplômés restent plutôt stables, et les années qui viennent vont donner lieu à des départs à la retraite qui vont entretenir nos besoins de recrutement. En revanche, le profil des gens que nous cherchons à intégrer évolue au fil du temps. Actuellement, nous privilégions des niveaux d’étude de quatre ou cinq années après le bac. En outre, nous allons devoir rechercher des compétences pointues dans les domaines du numérique ou du marketing des services afin d’accompagner notre transformation en banque multicanal de proximité susceptible d’apporter les services bancaires à tous nos clients, où qu’ils soient et comme ils le souhaitent.

Quelle place occupe la prospective et la recherche dans la politique partenariale de la banque ?

Au-delà de notre présence sur les campus en tant que futur employeur, nous travaillons aussi avec le corps pédagogique autour de projets de recherche partagés sur des sujets importants pour nous. Par exemple, l’an dernier, le Crédit Agricole Centre-est s’est associé à l’université de Lyon III pour créer une chaire dédiée à la valorisation des modèles coopératifs et mutualistes. La même Caisse régionale a également contribué à la naissance de la chaire Économie sociale et solidaire de l’école Neoma Business School. De son côté, le Crédit Agricole Atlantique-Vendée collabore avec le Centre de recherche en stratégie et marchés des produits agroalimentaires d’Audencia. Ces programmes scientifiques peuvent parfois déboucher sur des programmes pédagogiques. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé au niveau d’Audencia avec la mise en place d’un master spécialisé dans le marketing agroalimentaire doté d’un positionnement international de premier plan.

Au travers de reportages vidéo, d'articles, de brèves, de dossiers, le site creditagricole.info valorise les actions et les initiatives des 39 Caisses régionales du Crédit Agricole partout en France.
Proximité et rapidité sont les maîtres-mots de cet espace, pour une information riche, concrète et mobile.