Les cosmétiques bio ont le vent en poupe (1/4)

Le 02/12/14 - Crédit Agricole

La banque verte soutient les produits cosmétiques naturels 

Crèmes hydratantes, savons, rouges à lèvres, huiles de massage…Trente ans après l’alimentation, la vague bio et celle des matières naturelles déferlent aujourd’hui dans les rayons cosmétiques. Le Crédit Agricole a à cœur d’accompagner les entreprises du secteur dans leurs efforts pour offrir des soins respectueux tant de l’environnement que de la peau.

La banque verte soutient les produits cosmétiques naturels

Cantonnés encore, il y a peu, dans de rares échoppes spécialisées, les cosmétiques bios et naturels ont progressivement fait leur apparition dans la plupart des salles de bains des foyers français. L’engouement pour ces soins de beauté dans l'Hexagone est récent. En une dizaine d'années, la cosmétique bio a gagné la confiance des consommateurs. Elle représentait un chiffre d’affaires avoisinant les 380 millions d’euros en 2012 (1)  et connaît une croissance plus rapide que le secteur cosmétique en général (2). Certains experts prévoient que le marché mondial progressera de 9,6 % par an entre 2012 et 2018. Il y a fort à parier que la France suivra la même tendance, sachant qu’elle représente, avec l’Allemagne, plus de 30 % de la demande européenne.

Sauver nos peaux

Désormais, les consommateurs plébiscitent les soins respectueux de leur peau et se montrent de plus en plus critiques vis-à-vis de certains ingrédients. Élaborés à partir de plantes, les produits naturels misent sur le capital vital extrait des végétaux pour maintenir et revitaliser l’équilibre biologique. Les cosmétiques bios doivent, pour leur part, être exempts de tout parfum, colorants et conservateurs artificiels. C'est pour répondre à cette demande que le groupe cosmétique Nuxe, accompagné par le Crédit Agricole d’Ile-de-France a créé en 2005 son propre laboratoire de Recherche & Développement où il développe des formules inédites.

… et la planète !

La tendance actuelle de la consommation s'accompagne d'une prise de conscience de la nécessité de protéger la nature. Les consommateurs sont, non seulement, en quête de produits naturels, mais aussi de procédés de fabrication écologiquement durables. Les acteurs du secteur l’ont bien compris : ils déploient toute leur énergie pour offrir à leurs clients des produits de qualité et responsables, reflets de leur engagement. Certains, à l’instar de Bretagne Cosmétiques Marins, font valoir un savoir-faire ancestral. L’entreprise, dont le Crédit Agricole du Finistère est partenaire depuis 1993, est spécialisée dans la cosmétologie à base d’algues. « Nous sommes fiers de soutenir une activité liée à la mer et à la mise en valeur des ressources naturelles », indique Guy Lenoret, chargé d’affaires Entreprises. D’autres, comme Pulpe de vie, qui soutient les petits producteurs de la région Paca, revendiquent une logique locavore. La démarche a convaincu CAAP Création, filiale du Crédit Agricole Alpes Provence, de devenir son actionnaire. « Nous sommes sensibles aux projets innovants, qui créent de la valeur sur notre territoire et, à terme, de l’emploi », confie Armand Perrin, chargé de CAAP Création.

Vers plus de transparence

L'emploi des termes « bio » ou « naturel » reste flou et peut induire le consommateur en erreur, voire être mensonger. C'est pourquoi des labels et autre certification se développent. Les professionnels du Savon de Marseille en font actuellement les frais. Le véritable Savon de Marseille subit la concurrence déloyale d’un grand nombre de produits d’hygiène fabriqués à bas coût à l’étranger, qui font référence abusive à la cité phocéenne. En 2011, l’aggravation du phénomène a conduit quatre savonneries marseillaises à se regrouper en une Union des Professionnels du Savon de Marseille (UPSM). Le Crédit Agricole Alpes Provence la soutient dans son action pour obtenir le label « Indication Géographique Protégée » (IGP). « Nous avons notamment financé un webdocumentaire qui vise à sensibiliser le public sur l’importance de s’engager en faveur d’une reconnaissance officielle par le label IGP », indique Philippe Bounias, responsable des Relations institutionnelles à la Caisse régionale, avant de conclure : « En tant que banque coopérative, c’est une fierté de défendre l’UPSM, et même un devoir. Il est important de se mobiliser pour le devenir du Savon de Marseille, le savoir-faire du terroir qu’il incarne et l’économie locale qu’il représente. »

(1) Source : themeco.fr

(2) Source : l’Observatoire des cosmétiques.

Au travers de reportages vidéo, d'articles, de brèves, de dossiers, le site creditagricole.info valorise les actions et les initiatives des 39 Caisses régionales du Crédit Agricole partout en France.
Proximité et rapidité sont les maîtres-mots de cet espace, pour une information riche, concrète et mobile.