Résultats Crédit Agricole du deuxième trimestre et premier semestre 2014 

Groupe Crédit Agricole 

Le résultat net part du groupe du groupe Crédit Agricole atteint 705 millions d’euros au deuxième trimestre 2014. Sur le semestre, il s’élève à 2 125 millions d’euros, en baisse de 11,8% par rapport au premier semestre 2013.

Des montants significatifs d’éléments spécifiques ont affecté le résultat ce trimestre. Le résultat normalisé, hors ces éléments, s’élève à 1 694 millions d’euros. Ce bon résultat provient d’une activité commerciale bien orientée dans les différents pôles-métiers malgré un environnement économique toujours atone et d’une poursuite de la réduction du coût du risque. Ainsi, le produit net bancaire progresse de 2,4% et le coût du risque baisse de 23,1% par rapport au deuxième trimestre 2013.

La situation de la banque portugaise BES a conduit Crédit Agricole à ramener la valeur de sa participation à zéro dans cette banque, mesure complétant la prise en compte des pertes du trimestre annoncées le 30 juillet ; l’impact en résultat de ces deux facteurs est -708 millions d'euros. Ainsi, après prise en compte des éléments comptables spécifiques (spread émetteur,…) pour un total de -281 millions d'euros, le RNPG s’élève à 705 millions d’euros contre 1 385 millions d’euros au deuxième trimestre 2013.

Après une année 2013 marquée par une croissance forte des revenus et des résultats, qui constituent de ce fait une base de référence élevée, les Caisses régionales ont poursuivi le développement de leurs activités dans un marché toujours peu porteur, la morosité économique s'ajoutant au contexte réglementaire défavorable.

Leurs encours de collecte atteignent 594 milliards d’euros à fin juin 2014 (+3,0% en un an), dont 346 milliards d’euros pour la collecte bilan qui progresse de 2,8% sur un an ; les encours de collecte hors bilan sont en hausse de 3,5%, bénéficiant de la hausse des encours d'assurance-vie à +4,6%.

Leurs encours de crédit, à 399 milliards d’euros au 30 juin 2014, progressent de 1,0% sur un an, bénéficiant de la hausse de 2,6% des encours de crédit à l’habitat

Le résultat net des Caisses régionales atteint 892 millions d’euros sur le deuxième trimestre (-5,3% par rapport au trimestre correspondant de 2013) et 1 809 millions d’euros sur le premier semestre (-1,7%).

 

Pour Jean-Marie Sander, Président de Crédit Agricole S.A., « avec près de 489 milliards d’euros de crédits distribués par les Caisses régionales et LCL, le groupe Crédit Agricole est le premier financeur de l’économie. Il joue un rôle primordial pour le retour de la croissance en France. »

Pour Jean-Paul Chifflet, Directeur général de Crédit Agricole S.A., « les résultats du second trimestre confirment les tendances des trois premiers mois de l’année. Malgré la situation du BES et ses effets sur nos comptes trimestriels, le Groupe avance conformément à la trajectoire fixée lors de l’annonce de notre plan à moyen terme en mars dernier en s’appuyant sur ses forces et sa solidité financière, tout en poursuivant ses efforts de réduction des charges. »

Au cours du deuxième trimestre 2014, la structure financière du Groupe s’est renforcée de manière significative.

Les réserves de liquidité couvrent largement (176%) l’endettement court terme brut et le ratio LCR du Groupe dépasse 110%.

Le programme 2014 d’émissions senior sur le marché, d’un montant global de 10 milliards d’euros, est intégralement réalisé à fin juin.

En termes de solvabilité, le ratio Common Equity Tier 1 full Bâle 3 non phasé du Groupe atteint 12,3% à fin juin 2014, en hausse de 60 points de base par rapport à fin mars 2014. Cette forte progression repose sur le modèle économique du Groupe (accumulation de résultats et réinvestissement des dividendes), l'accroissement des plus-values latentes enregistrées en fonds propres et la poursuite des plans d'actions engagés depuis trois ans (cession d'activités, baisse des emplois pondérés).

Le ratio conglomérat (calculé sur fonds propres globaux phasés) s’établit à 185% au 30 juin 2014.

Le ratio de levier phasé du groupe Crédit Agricole s'élève à 4,1 % à fin juin 2014, selon les modalités de la CRD4, et à 4,8% selon le texte du Comité de Bâle.

Crédit Agricole S.A.

Le Conseil d’administration de Crédit Agricole S.A., réuni sous la présidence de Jean-Marie Sander le 4 août 2014, a examiné les comptes du deuxième trimestre et du premier semestre 2014.

Le résultat net part du Groupe normalisé de Crédit Agricole S.A. au deuxième trimestre 2014 s’élève à 1 003 millions d’euros. Il est impacté à hauteur de -708 millions d’euros par la situation de la banque portugaise BES, dont la valeur nette comptable a été ramenée à zéro dans les livres de Crédit Agricole S.A.. En outre, les impacts comptables récurrents (dont la première application du Funding Valuation Adjustment – FVA) s’élèvent ce trimestre à -278 millions d'euros. Le résultat normalisé de 1 003 millions d'euros est ramené à 17 millions d'euros compte tenu de ces élèments.

Trois principaux facteurs expliquent le niveau élevé du résultat normalisé de Crédit Agricole S.A. : une bonne activité commerciale, en particulier dans la gestion de l’épargne et de l’assurance ainsi qu’en banque de financement et d’investissement, la maîtrise des charges et la poursuite de la baisse du coût du risque.

Les métiers de la banque de proximité maintiennent, dans un environnement peu porteur, un bon niveau d’activité avec une collecte bilan progressant de 2,3% par rapport au niveau atteint fin juin 2013 et un encours de crédit en hausse de 0,9% sur la même période.

Les actifs gérés par l’ensemble des métiers de la gestion de l’épargne et de l’assurance progressent de près de 92 milliards d’euros sur un an. Sur le seul premier semestre 2014, la hausse est de 54,6 milliards d’euros dont une collecte nette de 15,6 milliards d’euros.

La banque de financement et d’investissement enregistre une hausse de ses revenus de +8,8% trimestre sur trimestre, bénéficiant en particulier d’une activité « credit & rates » dynamique et de la participation à des opérations significatives de fusions et acquisitions.

Les programmes de réduction des coûts se traduisent par des résultats tangibles : ainsi le programme MUST, dont l’objectif est d’atteindre 650 millions d’euros à fin 2016, a permis de réaliser, depuis son lancement en 2012, des économies cumulées de 415 millions d’euros, dont 64 millions d’euros sur le premier semestre 2014.

Ce trimestre confirme la poursuite de la baisse du coût du risque rapporté aux encours (52 points de base, soit 7 points de base de moins en un an). Cette tendance se retrouve notamment dans la banque de proximité en France, où le coût du risque sur encours ressort à 22 et 23 points de base respectivement dans les Caisses régionales et chez LCL, contre 29 points de base au deuxième trimestre 2013. Dans la banque de proximité à l’international, il s’établit à 131 points de base sur encours. Dans le domaine du crédit à la consommation, le coût du risque poursuit sa baisse, en particulier dans la filiale italienne Agos Ducato. Dans la banque de financement, le coût du risque reste à un niveau très modéré depuis de nombreux trimestres.

 

Sur le premier semestre 2014, le résultat net part du Groupe s’élève à 885 millions d’euros, en baisse de 24,0% sur le résultat du premier semestre 2013.

La solidité financière de Crédit Agricole S.A. s’est encore renforcée avec un ratio CET1 non phasé de 9,9% à fin juin 2014 contre 9,0% à fin mars 2014. Le ratio conglomérat (calculé sur fonds propres globaux phasés) s’élève à 242% au 30 juin 2014.

 

Au travers de reportages vidéo, d'articles, de brèves, de dossiers, le site creditagricole.info valorise les actions et les initiatives des 39 Caisses régionales du Crédit Agricole partout en France.
Proximité et rapidité sont les maîtres-mots de cet espace, pour une information riche, concrète et mobile.