Côtes-d'Armor | Thème Innovation 
Le 04/04/14

Développer l'algoculture 

Pour Marc Danjon, directeur général du Centre d’étude et de valorisation des algues, l’avenir de la filière passera nécessairement par le développement de l’algoculture. L’organisme qu’il pilote se positionne comme un acteur majeur de la transition.

Le CEVA Centre d’étude et de valorisation des algues
Les locaux du CEVA (Centre d'étude et de valorisation des algues) vus du ciel. © CEVA

Quelles sont les activités du Ceva ?

Le Centre d’étude et de valorisation des algues (CEVA) a été créé en 1982 à Pleubian, dans les Côtes-d’Armor, avec le soutien des collectivités locales. Société d’économie mixte depuis 1986, nous sommes aujourd’hui labellisés Institut technique agro-industriel par le ministère de l’Agriculture et de la Pêche et nous comptons environ 25 collaborateurs permanents. Depuis le début, nous menons de front deux missions. La première consiste à assister les collectivités locales sur les problématiques d’algues opportunistes (les trop fameuses marées vertes). Notre seconde mission est de contribuer au développement d'une filière industrielle autour de l'algue. Nous concilions donc préoccupations environnementales et économiques sans aucun antagonisme !

Quels sont vos principaux axes de travail ?

Depuis quelques années, nous nous focalisons sur le développement de l’aquaculture afin d’exploiter pleinement les potentiels de la Bretagne, qui sont à peu près équivalents à ceux de toute la Corée du Sud. Or, si cette dernière figure déjà parmi les principaux producteurs d’algues au monde, il faut bien reconnaître que nous en sommes bien loin : avec ses 200 tonnes d’algues cultivées par an notre région est pour l’heure un tout petit poucet. Il est plus que temps de mobiliser tous les acteurs afin de changer d’échelle sur le marché mondial.

Le Ceva est partenaire de Breizh’alg. Quelle est la vocation de ce programme ?

Lancé par le conseil régional à l’automne 2012, il vise à accélérer le développement du secteur des algues alimentaires en Bretagne. L’un de ses axes prioritaires concerne la dynamisation de l’algoculture avec notamment une augmentation considérable des surfaces cultivées, en adéquation bien entendu avec les activités maritimes déjà existantes, la réglementation et la préservation de l’environnement et de la biodiversité. L’ambition est d’atteindre 1 000 ha de cultures à l’horizon 2017, ce qui représenterait une production annuelle de 25 à 30 000 tonnes d’algues fraîches, soit une valeur ajoutée de 40 M€ pour le territoire. Dans ce cadre, le Ceva s’intéresse tout particulièrement à la co-culture, qui présente de nombreux avantages en termes d’environnement, de gestion de l’espace et de rentabilité : je suis convaincu que la culture combinée algues/coquillages voire algues/poissons et coquillages est LA solution d’avenir.

Au travers de reportages vidéo, d'articles, de brèves, de dossiers, le site creditagricole.info valorise les actions et les initiatives des 39 Caisses régionales du Crédit Agricole partout en France.
Proximité et rapidité sont les maîtres-mots de cet espace, pour une information riche, concrète et mobile.